À la découverte de L'Etrat la Tour Sportif

Pros | Publié le par Joris | 2 commentaires

Pendant qu’une Coupe du Monde très controversée se déroule actuellement au Qatar, nous avons quant à nous décidé de mettre en valeur quelques clubs amateurs ligériens pendant cette trêve. Troisième épisode aujourd’hui, à la découverte de L'Etrat la Tour Sportif. 

C'est l'histoire d'un club créé en 1925 et qui sera centenaire dans moins de trois ans maintenant. Évoluant à côté du centre sportif Robert-Herbin, L'Etrat la Tour Sportif est doté d'une forte proximité avec l'AS Saint-Étienne comme nous l'a expliqué le trésorier du club, Jérôme Vaganay qui a eu la gentillesse de nous accorder un peu de son temps. 

Pouvez-vous nous faire une présentation de votre club ?
Le club a été créé en 1925. C'était à la base L'Etrat Sportif qui est devenu L'Etrat la Tour Sportif au début des années 2000. On est sur deux villages : L'Etrat et la Tour en Jarez. Aujourd'hui on a un peu plus de 550 licenciés. On a des équipes dans toutes les catégories, des plus jeunes aux plus anciens dans le foot masculin et féminin. On a un nombre important d'équipes dans toutes les catégories. Au niveau du palmarès, sauf erreur de ma part nous avons gagné cinq coupes de la Loire, ce qui fait de nous un des clubs de la Loire qui en a remporté le plus. On a aujourd'hui pour ambition d'avoir toutes nos équipes premières au niveau Ligue, ce qui est le cas actuellement avec les Séniors, les U20, les U18, les U16, les U15 et le U14. On évolue en jaune et bleu. 


Si on veut faire un trait d'union avec l'ASSE, certains joueurs de la grande époque ont connu des passages à L'Etrat que ce soit Jean-Michel Larqué qui a été entraineur du club, Gérard Janvion et Christian Synaeghel qui ont joué au club, Patrick Revelli qui a coaché au club et dont les fils et petit-fils ont joué au club, Jacques Santini dont le petit-fils a joué au club. Il y a toujours eu un peu de proximité entre nos deux clubs, ne serait-ce déjà que celle géographique avec le Centre de Formation hébergé sur la commune. On se prête respectivement les installations, principalement au niveau des jeunes. On est en partenariat avec eux. Dans le sens inverse, Bertrand Fayolle a joué chez nous en Séniors avant d'aller à l'ASSE.  

Gérard Janvion, troisième joueur en haut en partant de la droite sous le maillot stratien dans les années 90
Quel est le souvenir le plus marquant de ces dernières années pour votre club ? 

En 2018-2019, notre équipe fanion a fait le doublé coupe de la Loire, championnat avec la montée en Régional 2 à la clé. Cela reste le dernier moment fort du club. On a également eu quelques beaux parcours en Coupe de France dans un passé moins proche. Notamment celui de 1997 face à Clermont où on perd à la suite d'une interminable séance de tirs au but (13-12, ndlr). C'est l'année où Clermont sort le Paris Saint-Germain derrière. Quelques anciens joueurs de l'ASSE jouaient chez nous à cette époque, notamment le regretté Lionel Fauriat, gardien de but talentueux qui n'a malheureusement pas percé. C'était lui ou Coupet à l'époque, mais il était meilleur que bien d'autres arrivés après malheureusement il n'est pas arrivé au bon moment. Il y avait également Thierry Camus notamment.

Quel est votre rapport à l’AS Saint-Étienne ?
Nous on a un interlocuteur qui s'appelle Georges Forti et qui est très très bien. Nous sommes club partenaire, cela se matérialise par le prêt des installations réciproques. Dès qu'on a des joueurs qui sortent un peu du lot en jeune, on le lui signale, on va les voir, il les observe. Il est généralement de bon conseil. Il a une bonne approche. C'est quelqu'un de très sympa mais à la fois très professionnel également car il n'envoie pas du vent. C'est très sain. 

Êtes vous inquiets par rapport à la situation de l’AS Saint-Étienne ? Cela peut-il avoir des conséquences sur le football local ?
Personnellement, je suis un mordu de l'ASSE. J'ai fait les déplacements à Milan ou encore Manchester... Je suis forcément laminé un week-end sur deux quand ce n'est pas toutes les semaines. J'ai envie de croire en Batlles et en ce qui est en train d'être reconstruit. Mais il va falloir malgré tout se réveiller parce qu'à force de croire que cela va passer, je suis de moins en moins certain que ça passera malgré qu'on ait envie d'y croire. Ce qui a été fait au niveau de la reconstruction, c'est plutôt bien. Après je pense que notre effectif actuel n'est pas équilibré. On a trop de joueurs avec les mêmes caractéristiques, on manque de percussion sur les côtés et c'est flagrant. J'ai aussi envie de dire qu'il faut laisser sa chance aux jeunes, parce que quand je vois des Saban ou Aiki quand ils rentrent, ce sont pour moi des gamins qui ont du potentiel et tant qu'à faire autant les lancer eux que des mecs qui ont peut-être moins envie. Je suis inquiet parce que Sainté, c'est l'ASSE et qu'on est tous malheureux. Partout où on se déplace en France, que ce soit dans le cadre personnel ou professionnel, on nous parle de l'ASSE. On fait de la peine à tout le monde, on fait pitié à tout le monde aujourd'hui. C'est un sentiment difficile à vivre pour tous les passionnés et tous les supporters de l'ASSE.


Je ne pense pas que cela aura une grande incidence sur le football amateur. On continuera d'exister. Nous sommes un peuple qui restera fidèle à l'ASSE. Dès qu'il y aura une étincelle, on repartira moi le premier, même s'ils sont en National cela ne changera rien à la passion. Après c'est plus pour l'image de Saint-Étienne, mais pour nous je ne pense pas que cela ait un impact sur le nombre de licenciés, sur la passion des gamins pour le foot ou en terme de spectateurs chez nous. Peut-être que les gens se tourneront plus vers le football amateur. 

Un joueur emblématique du club stratien nous a également accordé de son temps pour nous présenter son parcours. Joueur de toujours de L'Etrat la Tour Sportif et vice-capitaine de l'équipe fanion, Benjamin Peyragrosse représente à merveille l'esprit du club : "J'ai commencé le foot à L'Etrat à l'âge de 5 ans, et j'ai fait toute ma carrière ici. Parmi les bons souvenirs, il y a forcément les tournois quand on est gamin, on avait par exemple gagné le tournoi international de Crolles. Un peu plus tard, j'ai perdu une finale de Coupe de la Loire en U15, j'en ai gagné une en U18. En Séniors, on en a gagné une et perdu une également. On a également été finaliste de Coupe Rhône-Alpes en Séniors. On a aussi été champion de D2, champion de D1, champions de R3 à deux reprises. Les montées sont vraiment des supers souvenirs, notamment la dernière parce que cela faisait longtemps qu'on l'attendait. On a également fait de beaux parcours en Coupe de France, le plus beau pour moi c'est celui de 2010 qui s'est terminé face à Grenoble qui évoluait déjà en Ligue 2. (...)


J'ai toujours voulu rester ici. Je me sens bien dans ce club tout simplement. Quand tu es né dans un club, c'est plus facile. J'ai tous mes potes ici, cela fait peut-être dix ans qu'on joue tous ensemble en Séniors. On s'entend tous très bien : tous les vendredis soir, l'apéro est payé par l'équipe qui a perdu le vendredi d'avant. Quand on va loin, il y a toujours quelque chose de prévu pour le retour. Cette ambiance existe grâce au coach qui est revenu (Frédéric Renaudier, ndlr) qui a voulu recréer tout cela. On essaie d'être une bonne équipe de R2, on fait un bon début de saison, on est deuxième alors qu'on vient de monter, mais c'est surtout dû à la cohésion de groupe."


L'Etrat la Tour Sportif en bref :
🏟 Stade : Complexe des Ollières

🟡🔵 Couleurs : Jaune et bleu
🏆 Palmarès : 5 coupes de la Loire
⚽️ Nombre de licenciés : Plus de 550
🙎‍♂️Nombre de salariés : 4 apprentis et 4 services civiques
📈 Niveau équipe fanion : Régional 2
📱Réseaux sociaux : Facebook // Instagram


À la découverte de : 


keyboard_arrow_down Commentaires (2) keyboard_arrow_down