Verts à l'autre bout de la terre : Épisode 9, la Chine

Verts et expatriés | Publié le par Faustine | 5 commentaires

Chaque saison, des centaines de supporters vibrent à des milliers de kilomètres de Geoffroy-Guichard. Qu'ils soient expatriés le temps d'une année scolaire, qu'ils aient fait le choix de quitter la France sans en oublier pour autant l'ASSE ou qu'ils soient tombés amoureux du club du Forez à distance, EVECT vous propose de faire leur connaissance. Aujourd'hui, nouvel épisode avec Timothée. Il vit actuellement à 8000 kms de Saint-Etienne.

Tout d'abord, peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Timothée Baret, j'ai 35 ans, je suis né à Sainté et j'y ai vécu jusqu'à la fin de mes études. Je vis en Chine depuis septembre 2019. Avant de venir ici, j'ai habité en Allemagne plusieurs années, pas loin de Dortmund.

L'ASSE ça représente quoi pour toi ?
C'est tout d'abord une fierté car le club a représenté quelque chose d'important pour l'ensemble du pays et des Français sur le plan sportif. C'est d'ailleurs pour moi beaucoup plus que du foot... Ça représente une histoire mais surtout des valeurs qui me sont chères et que j'ai envie de transmettre. C'est une passion indescriptible qui ne se décrit pas mais qui se vit. Enfin cela représente bien sur ma ville, mes origines, mais aussi un honneur à défendre.

D'où vient cette passion ?
Ça me suit depuis presque toujours... Ça a vraiment démarré au collège où je pouvais avoir des places par une prof qui était à l'époque la speakerine de Geoffroy-Guichard. Et aujourd'hui,malgré la distance et quelque soit le résultat, regarder un match c'est comme se sentir à la maison, et ça fait du bien quand tout autour de toi est vraiment différent comme en Chine. C'est une sorte de rayon de soleil si ça ne va pas, ou seulement lorsque je me sens dépaysé comme en ce moment. Suivre le club me fait penser à mes proches et mes racines, me rappelle d'où je viens, mais aussi les valeurs de la ville. Et quand tu te sens perdu au milieu de ces millions de Chinois, ça n'a pas de prix !

Tu es actuellement expatrié en Chine. Pourquoi ce choix de vie ?
Simplement par opportunité professionnelle. J'ai vécu auparavant en Allemagne et en Europe de l'est, aujourd'hui c'est la Chine mais demain ça peut très bien être un autre continent ou un retour en France. Je travaille pour un grand groupe qui est présent un peu partout, donc j'en profite pour découvrir de nouvelles contrées... J'ai pas mal voyagé par le passé et chaque fois j'en profite pour aller découvrir d'autres stades ou assister des matches (groundhopping).

Suivre l'actualité des Verts est possible de l'autre côté du globe ? Tu fais comment pour voir les matchs ?
C'est difficile mais c'est faisable ! Il faut un réveil à 3h ou 4h du matin (pour les matches à 21h), un bon VPN (Google est bloqué en Chine) et une connexion internet ! Sinon, quand c'est possible, je me déplace au stade.
Je suis abonné depuis plus de dix ans, quand j'habitais en Allemagne, c'était toujours jouable de faire l'aller-retour pour voir le match sur le week-end, mais c'était de plus en plus compliqué avec les matches le dimanche soir ou la coupe d'Europe. Quand tu es à l'étranger il faut prévoir à l'avance et avec un peu de marge au cas où le match soit décalé. En général ça passe, mais il y a quand même des ratés comme  par exemple quand la Ligue a annulé au dernier moment le match contre Marseille à cause des Gilets Jaunes ou d'autres raisons injustifiées comme cela a malheureusement trop souvent été le cas...
J'essayais aussi de faire les déplacements depuis l'étranger comme par exemple Chisinau, Bruxelles, Créteil ou Athènes pour ne citer qu'eux... Bien sûr depuis la Chine c'est beaucoup, beaucoup, plus compliqué. Je suis obligé de me limiter et de prévoir énormément à l'avance. En gros j'ai coché quelques dates (derbies, EL, finale de coupes...) et j'essaye de réserver le transport à l'avance.

"C'est finalement quand on est loin de sa région qu'on prend conscience de la chance qu'on a de pouvoir assister à chaque match de son équipe de coeur"

En tant qu'abonné, comment vis-tu le fait d'être privé de Chaudron sur cette longue période ?
Disons que j'étais un peu dégoûté de savoir que j'allais pouvoir aller bien moins souvent au stade, mais finalement avec le virus, c'est pareil pour tout le monde. J'essaye toujours de trouver des solutions pour revenir, je m'étais par exemple organisé pour la finale, mais là, les plans sont à revoir. Rien ne vaut le fait d'être au stade et malgré toutes les possibilités via internet ou la TV pour suivre le match, je préférerai toujours être en kop et je ferai toujours tout pour voir l'équipe. Alors bien sûr quand tu habites l'étranger c'est très compliqué... Mais alors quand tu es sur un autre continent là c'est sport ! Mais j'essaye toujours de venir car il y a une atmosphère, un ressenti, des habitudes d'avant match après toutes ces années passées au stade qui sont impossibles à recréer à la maison et qui font que je ferai toujours tout pour assister en personne au match.

Le football français, ça signifie quelque chose en Chine ? Et l'ASSE ?
Le foot français pas vraiment, à part l'équipe de France et plus récemment Paris. Mais la Chine, ça représente pour moi l'apogée du foot business donc c'est tout ce que je n'aime pas. Il y a beaucoup "d'éducation" à faire ici pour leur apprendre le "vrai football", son histoire et ses modes de fonctionnement comme par exemple "être ultra". Mais il faut aussi reconnaître qu'ils partent de loin ! En général, ils sont fans de clubs tels que Manchester United, l'Inter, Barcelone... Ils ont certes quelques groupes organisés au stade mais cela ne sera jamais comme sur le vieux continent.
Ça me fait un peu penser aux US. Ils consomment le foot comme un spectacle, mais ne l'apprécient pas vraiment. D'ailleurs en général ils sont plus fans de basket ! Concernant l'ASSE ceux qui suivent un peu le foot français connaissent bien sur, mais c'est rare et de toute façon, ils ne savent pas le placer sur la carte. On est bien loin de l'Allemagne où j'avais régulièrement des personnes qui échangeaient avec moi à propos de Sainté.

Un petit quelque chose à rajouter pour finir ?
C'est finalement quand on est loin de sa région qu'on prend conscience de la chance qu'on a de pouvoir assister à chaque match de son équipe de coeur! C'était devenu une routine depuis la D2, mais quand on est loin, on réalise rapidement comme c'est compliqué. Il faut que le club, les groupes, mais aussi surtout les autorités comprennent qu'on doit laisser de la flexibilité pour ceux qui viennent de loin et qui souhaitent assister au match car tout ça nécessite une organisation et c'est aussi beaucoup de frais... Mais qu'ils n'oublient jamais que malgré tous les obstacles qu'on peut rencontrer, cette passion ne s'arrêtera jamais... Et je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas !
Enfin j'en profite également pour passer le bonjour ma famille à Sainté et dans la région, mes amis du Kop Nord et de la 'section' PFC : ils se reconnaîtront.

chevron_left Article plus ancien
Jérome Bonnet : "Je garde toujours espoir !"
keyboard_arrow_down Commentaires (5) keyboard_arrow_down