Verts à l'autre bout de la terre : Épisode 8, la Suisse

Verts et expatriés | Publié le par Faustine | 3 commentaires

Chaque saison, des centaines de supporters vibrent à des milliers de kilomètres de Geoffroy-Guichard. Qu'ils soient expatriés le temps d'une année scolaire, qu'ils aient fait le choix de quitter la France sans en oublier pour autant l'ASSE ou qu'ils soient tombés amoureux du club du Forez à distance, EVECT vous propose de faire leur connaissance. Aujourd'hui, nouvel épisode avec Damien. Il vit actuellement à 310 kms de Saint-Etienne.

Tout d'abord, peux-tu te présenter ?
Alors je m’appelle Damien Chiavuzzo, j’ai 22 ans et j’habite à Villeneuve en Suisse. Je suis actuellement en formation pour une année dans le milieu économique, en l’occurrence au sein d’un établissement financier qu’est PostFinance.

Tu es Suisse et visiblement fou de l'ASSE... Tu peux nous expliquer d'où vient cette passion ?
Ma marraine n’habite pas très loin de St-Etienne, à Roanne. Son mari est un fervent supporter des Verts depuis 1969 et a suivi de très près l’épopée de 1976, allant jusqu’à obtenir des billets pour la finale à Glasgow mais qui a dû y renoncer, au tout dernier moment, pour raisons professionnelles. En 2005, tous les deux m’ont offert mon tout premier maillot des Verts et ceci, ajouté à mes vacances dans la région, m’ont vite fait tomber sous le charme de l’ASSE. Je reprends donc le flambeau du "marrain" ! Ajouté à cela, que mon père est un passionné de football et que ma mère est également une supportrice des Verts, autant dire que mon avenir était d’avance tout tracé !

Tu as l'occasion de venir régulièrement à Saint-Etienne ? Geoffroy-Guichard représente quoi pour toi ?
Depuis quelques saisons, je vais 2 à 3 fois par année à Geoffroy-Guichard y compris le derby chez nous. Quand l’équipe ne se déplace pas trop loin de chez moi, je tente d’aller les voir comme à Dijon cette saison pour la première journée ou encore il y a quelques années, le match à Bâle avec l’issue qu’on connaît malheureusement... Toute personne se disant fan de football doit assister à un match au moins une fois dans sa vie à Geoffroy-Guichard. On peut tenter de l’expliquer avec des mots mais le meilleur moyen pour le décrire est de vivre les 95 minutes d’un match, de sentir la ferveur que dégage ce Chaudron à travers les chants, les tifos... A chaque fois que j’y vais, je m’y déplace avec une personne différente que cela soit de ma famille ou de mes amis afin de faire découvrir cette fameuse ambiance verte !


Tu es également passionné par la formation ?

Je suis bien évidemment énormément l’équipe première des Verts mais je suis presque davantage les équipes des jeunes. Ça joue beaucoup mieux, c’est fluide, je recommande vivement ceux qui vivent sur place d’aller les voir, en plus, cela ne coûte rien ! En outre, j’aime beaucoup voir leur progression, ceux qui vont réussir chez les A, ceux qui vont partir pour réussir ailleurs. Sur toutes ces années que je les suis, j’en nommerai trois (pas encore des titulaires) qu’il faudra ressortir dans 2-3 ans : Lamine Ghezali, Nais Djouahra (Real Sociedad) et Ryan Bouallak (ES Troyes). Tous ont les qualités pour réussir et qu’importe les voies qu'ils vont prendre, cela ne fait aucun doute qu’ils vont réussir. À côté de cela, ce sont des gars en or, bien dans leur tête et bien entourés !


"J’aime également échanger avec les joueurs sur les réseaux sociaux histoire de leur faire passer des messages positifs, de leur donner de la force"

Tu nous as parlé d'un mémoire de fin d'études sur l'ASSE, tu peux nous en dire plus ?
En vue de la terminale, chaque étudiant devait effectuer un mémoire sur un sujet de son choix pour autant qu’il trouve un professeur acceptant de l’accompagner dans son travail. J’ai ainsi pu en faire un sur les Verts avec la problématique suivante : "ASSE 1976 vs ASSE 2016 : Pourquoi une telle différence ?"». C’est un travail qui m’a pris 7-8 mois à faire, mais j’ai eu la chance de pouvoir interroger plusieurs personnalités du milieu foot comme par exemple Hervé Revelli, John Sivebaek, Nestor Subiat, David Hellebuyck, Anthony Maisonnial, Naïs Djouahra, Ryan Bouallak et Nicolas Tourriol, journaliste chez Canal +. En plus, j’ai eu la chance de pouvoir compter sur le partage de mes sondages sur le site et j'ai récolté plus de 400 réponses en l’espace de moins d’un mois. J’en profite pour les remercier une nouvelle fois ici ! Un travail qui m’a d’ailleurs donné la note de 19.

J'imagine que tu parles régulièrement de ta passion pour Sainté à tes amis... En Suisse, l'ASSE est connue ?
En Suisse, l’ASSE est connue mais plus chez les adultes ayant maintenant minimum 40-50 ans. Soit parce qu’ils ont directement connu, eux, les belles années des années 70-80, soit par leurs parents qui leur ont raconté ces faits. Mais pour ce qui est des plus jeunes, pour être honnête, pas tellement. On les connaît de nom ou pour le fait de révéler de très bons joueurs tels qu’Aubameyang ou Saliba maintenant mais c’est un peu près tout sinon.

Pour finir, en un mot, c'est quoi pour toi l'ASSE ?
Passion. Depuis 2005, j’achète au minimum un maillot par saison. J’essaie de me déplacer le plus que je peux pour assister aux matchs ou tout simplement aux entraînements. J’aime également échanger avec les joueurs sur les réseaux sociaux histoire de leur faire passer des messages positifs, de leur donner de la force. L’année prochaine, malgré le fait que je parte en séjour linguistique pour un an en Floride, vous pouvez compter sur moi pour transmettre cette passion !



Article plus récent chevron_right
Ecrivez un message en honneur au Sphinx
keyboard_arrow_down Commentaires (3) keyboard_arrow_down