Vente ASSE : Une offre de Blitzer sur la table de Romeyer et Caïazzo !

Club | Publié le par Joris | 175 commentaires

Une offre de David Blitzer pour le rachat de l'AS Saint-Étienne est sur la table de Roland Romeyer et de Bernard Caïazzo, les deux actionnaires du club selon l'édition du jour de L'Équipe. Ces derniers ont jusqu'à demain pour y répondre.

▶️ Une offre revue à la baisse

Le quotidien sportif commence par rappeler le cheminement de l'intérêt de Blitzer pour l'ASSE jusqu'au dépôt de son offre ferme. Comme précédemment évoqué, avant la fin de la saison, le milliardaire américain avait transmis deux offres : une à 100M€ en cas de maintien en Ligue 1 (dont 38M€ pour le rachat des parts sociales des actionnaires) et une autre à 80M€ en cas de descente en Ligue 2 (dont 19M€ pour le rachat des parts sociales des actionnaires). Néanmoins, l'offre du milliardaire aurait baissé de moitié pour arriver à 40M€ (dont toujours 19M€ pour les parts sociales) après que les comptes aient été épluchés par la délégation de Blitzer mais aussi après les incidents survenus en marge du barrage retour face à Auxerre. Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont jusqu'à demain pour l'accepter, si c'est le cas David Blitzer sera le nouveau propriétaire de l'ASSE. Dans ce cas-là, le nouveau président exécutif du club pourrait être Antoine Gobin actuel président de Waasland-Beveren en Belgique, à la place de Jean-François Soucasse. Il était présent pour le barrage retour face à Auxerre selon L'Équipe


▶️ Roland Romeyer est méfiant

Si Bernard Caïazzo serait enclin à vendre (pas à n'importe quel prix), Roland Romeyer serait méfiant selon le quotidien sportif. Le fait que Blitzer ne se soit pas déplacé à Saint-Étienne lui aurait déplu, tout comme ses velléités d'intégrer l'ASSE dans son système de clubs satellites mis en place en Europe. Pour rappel, le milliardaire américain est déjà bien implanté en Europe notamment à Crystal Palace, Augsbourg ou encore Waasland-Beveren tandis qu'il négocie également au Danemark à Brondby. L'Équipe évoque le fait que Blitzer se servirait de sa société, la Bolt Football Holding comme d'une plateforme de placements tout en cherchant un rapide retour sur investissement que pourrait lui permettre un ascenseur de la Ligue 2 vers la Ligue 1. 

Si Bernard Caïazzo et Roland Romeyer venaient à ne pas répondre à David Blitzer, ils pourraient négocier avec un autre hypothétique repreneur. Les deux actionnaires peuvent également lui proposer une contre-proposition et allonger la période des négociations exclusives, a minima jusqu'au 7 juillet. Le dénouement du feuilleton interminable de la vente peut donc être (très) proche comme lointain. Si l'on en croit les informations de L'Équipe, les deux présidents stéphanois ont néanmoins désormais toutes les cartes en main. 


keyboard_arrow_down Commentaires (175) keyboard_arrow_down