Un vrai défi pour Benoit Tremoulinas

Pros | Publié le par Dominique Bréard | 12 commentaires
Contre Marseille à Geoffroy Guichard, Benoit Trémoulinas a constitué à lui tout seul un vrai coin de ciel bleu dans une prestation d’ensemble bien nuageuse des verts. A Bastia, il a également ébloui tous les observateurs, Robert Herbin, notamment, ne tarissant pas d’éloges à l’égard de notre nouvel arrière gauche. D’une manière générale, chacun s’accorde à reconnaître l’apport offensif important de l’ancien bordelais et les informations venues du club font état d’une bonne entente sur et en dehors du terrain avec Tabanou. Au demeurant, il y a tout lieu de penser que les fois où l’ancien toulousain se verra préféré Mollo, ça se passera tout aussi bien, sur le plan de l’attaque s’entend.
Mais sans plomber l’ambiance, rappelons tout de même que c’est un arrière gauche que l’ASSE a entendu recruter en la personne de Tremoulinas. Si on attend bien de lui qu’il occupe l’ensemble du flanc gauche quand les verts font le jeu, on lui demandera aussi un travail défensif. Et justement, ce match contre Monaco arrive à point nommé pour le tester sur ce plan. Se poser la question de l’apport défensif de Tremoulinas, ce n’est pas forcément y répondre par la négative, c’est juste tenter modestement une analyse exhaustive du potentiel qu’il aura à apporter à l’ASSE.

Dans une interview récente, un supporter français du Dynamo Kiev tentait une explication sur le faible temps de jeu que le néo stéphanois avait eu en Ukraine. Or, précisément, ce fan relatait que, si lors des premiers matchs, Trémoulinas avait, comme à Saint-Etienne, brillé sur le plan offensif, il s’était montré moins étincelant dans ses tâches en défense. L’entraîneur l’avait alors, toujours selon ce supporter, écarté progressivement de l’équipe type.

Cette explication vaut ce qu’elle vaut et il existe peut-être d’autres raisons à la faible réussite de Trémoulinas au Dynamo comme une mauvaise acclimatation à l’équipe ou encore la supériorité d’un autre joueur au même poste. En tout cas, contre Monaco, Benoit va se voir imposés sur son côté des duels qui n’ont rien de commun avec ce qu’il a connus contre Marseille et à Bastia.
Rappelons pour s’en convaincre que les corses ne jouaient pas avec leurs latéraux habituels et que l’opposition offensive côté droit des bastiais n’a pas été exceptionnelle. Même chose contre Marseille où, notamment, l’apport de Dja Djedje n’est pas encore très signifiant dans l’équipe de José Anigo.

Comme l’a encore dit Robert Herbin, Monaco est une équipe qui attaque de tous les côtés et si Tremoulinas devra à l’instar de tous les joueurs stéphanois proposer le jeu d’attaque d’une équipe à domicile qui veut se qualifier pour une coupe d’Europe, Monaco ne viendra pas dans le chaudron pour subir. On attendra alors de Tremoulinas des replis très rapide et une solidité défensive pour boucher le flanc gauche.

De là une nouvelle configuration pour le néo numéro 2 stéphanois. Elle sera nouvelle pour lui à Saint-Etienne mais pas dans sa carrière. Benoit Tremoulinas n’a pas d’un seul coup perdu toute sa puissance défensive à Kiev. ,On parle d’un joueur de 28 ans, international et qui a contribué à de belles réussites sur les bords de la Gironde avec notamment, un triplé championnat coupe de la ligue et trophée des champions en 2009.

Donc, attendons de le voir à l’œuvre sans nous faire de souci et gageons que samedi, autour de 19h, on aura eu la confirmation que décidément, ce Tremoulinas, c’est une sacrée recrue, un arrière gauche complet dont il faudra absolument lever l’option d’achat en fin de saison.
Photo de Jessy Moulin
chevron_right Voir la fiche de Jessy Moulin
Article plus récent chevron_right
Le changement de pelouse est loin d'être acquis
chevron_left Article plus ancien
Mollo : "L'ASM mon club de cœur"
keyboard_arrow_down Commentaires (12) keyboard_arrow_down