Si Rocher revenait, il serait sans doute perdu

Pros | Publié le par Tibo | 26 commentaires
Après Bernard Caïazzo, c'est au tour de Roland Romeyer de se confier sur l'avenir de l'AS Saint-Etienne et surtout sur les moyens financiers nécessaires pour franchir un nouveau cap et qui font clairement défauts actuellement... "Le football est devenu un peu un business, si notre cher président Rocher revenait, il serait sans doute un peu perdu." constate Roland Romeyer dans les colonnes du Progrès du jour, avant d'entrer plus en détails sur la situation du club :  "En décembre 2009, nous avions un déficit de 14,5 millions. Nous avons rectifié le tir avec notamment le salary cap. On a augmenté nos recettes de manière à ne pas être dans l’obligation permanente de vendre nos meilleurs éléments pour équilibrer le budget. Malheureusement des taxes nous sont tombées dessus. On a perdu le droit à l’image ce qui représente 3,5 millions. Les frais de police nous ont coûté 2,5 millions la saison dernière. Et il y a la fameuse taxe de 75% sur les hauts revenus qui nous a obligés à débourser 4,3 millions. Toutes ces dépenses nous ont, entre autres, retardé dans la construction d’une tribune au bord du terrain Aimé Jacquet à L’Etrat afin qu’il soit homologué pour accueillir les rencontres de notre équipe réserve. La construction a débuté. Le coût s’élève à 3 millions d’euros. Nous avions prévu de nous autofinancer mais il a fallu contracter un nouveau prêt." explique le président du Directoire qui termine sur une note d'optimisme : "Avec le stade entièrement rénové, nous avons à présent un bel outil de travail. Nous voulons monter en puissance. J’espère qu’à l’issue de la saison 2016-2017 nous serons en mesure de conserver nos meilleurs joueurs grâce aux droits télés, à un marketing plus développé, au merchandising."

On l'espère également...
Article plus récent chevron_right
Mercato : Deux nouveaux noms évoqués
chevron_left Article plus ancien
Pogba va rejoindre sa sélection
keyboard_arrow_down Commentaires (26) keyboard_arrow_down