Ruffier met les pendules à l'heure : "Voilà ce que je n'aime pas dans le football d'aujourd'hui"

Pros | Publié le par Thomas | 26 commentaires
Stéphane Ruffier est un personnage hors norme. Déjà d'un point de vue physique (1.88m, presque autant de largeur d'épaule, 93kg) mais également du côté du caractère. Renfermé dans sa grosse carapace, il ne parle que très (très très très) rarement aux médias. Dans le dernier numéro de Maillot Vert, le portier revient sur l'Équipe de France, qu'il ne fréquente plus depuis cet été. Les médias le disent lassé d'être le numéro 3 en sélection..

"Je laisse parler les gens. Je leur laisse penser ce qu'ils veulent. Apparemment, ils sont plus au courant que moi de la discussion que j'ai eu avec mon sélectionneur Didier Deschamps… Je constate juste que beaucoup de médias ont la réponse sans avoir la vraie version des faits. Personnellement, je ne me sens pas dans l'obligation de donner la mienne. Nous ne sommes que deux à savoir ce qui s'est réellement dit: le sélectionneur et moi. J'ai vu que le coach a dit qu'il n'avait pas pour habitude de dire aux médias ce qu'il disait à ses joueurs. Moi, c'est pareil ! Je n'ai pas pour habitude de dévoiler dans la presse les propos que je tiens à mes entraîneurs. Nous avons eu plusieurs discussions avec Didier Deschamps durant les deux saisons que j'ai passées avec les Bleus. Nos discussions ont toujours été posées et il n'y a jamais eu de conflit avec le sélectionneur. Nous sommes toujours en bons termes.

Qui a dit que j'avais fait une croix sur l'Équipe de France ? Personne ! C'est une interprétation… comme lorsqu'on me fait partir de l'ASSE dans la presse en disant que je suis en contact avec tel club. J'ai souvent l'impression que les gens sont plus au courant que moi et c'est systématiquement pour faire le buzz. Voilà ce que je n'aime pas dans le football d'aujourd'hui. Tout se fait sur des « on dit » et des bruits de couloir… Dans 99% des cas, c'est faux. C'est toujours mieux de parler après avoir entendu la vraie version des faits. Personnellement, je n'écoute pas les histoires et ce n'est qu'après avoir entendu la version directe de la personne que je me forge mon opinion. Je pense que les supporters sont suffisamment intelligents pour avoir la leur. Aujourd'hui, je suis très heureux de venir m'entraîner tous les matins. Je fais un métier formidable."

Belle conclusion !
Photo de Stéphane Ruffier
chevron_right Voir la fiche de Stéphane Ruffier
chevron_left Article plus ancien
Lubo profondément choqué
keyboard_arrow_down Commentaires (26) keyboard_arrow_down