Quel impact peut avoir le boycott des produits dérivés de l'ASSE ?

Finances | Publié le par Tibo | 37 commentaires

Dans un communiqué signé par quatre groupes de supporters de l'AS Saint-Étienne (Magic Fans, Green Angels, Indépendantistes Stéphanois et Union des Supporters Stéphanois), les groupes appellent à un boycott des produits dérivés du club.

"Nous n’avons plus qu’un seul moyen de pression : toucher à ce qui les intéresse, l’argent. Et puisque leur source principale d’enrichissement n’est ni plus ni moins que notre club, l’ensemble des groupes signataires de ce communiqué appelle au boycott pur et simple des produits dérivés du club." Les supporters veulent taper au portefeuille du club, afin d'accentuer la pression sur les dirigeants en place. 


Question, un boycott des produits dérivés peut-il avoir un impact notable sur le club ?

Il est difficile de répondre avec précision à cette question. Tous les ans, la DNCG publie les comptes individuels des clubs. Celui de l'AS Saint-Étienne pour l'exercice 2020-2021 était positif à hauteur de 62 000€. Le compte de résultat permet de constater que sur cet exercice, le club du Forez affichait un total de produits de 101 393 000€. Dans ce total de produits, la plus grosse entrée d'argent concernait le produit des mutations, en clair les transferts (48 501 000€ soit 48%). Derrière, les droits audiovisuels prennent une part très importante également (29 269 000€ soit 29%). La ligne qui concerne le marchandising est celle des autres produits. Sa valeur s'élève à 18 910 000€ sur cet exercice. Mais cette ligne ne se contente pas seulement de prendre en considération la vente des produits dérivés, c'est aussi un "fourre-tout". La somme avancée de 18 190 000€ soit 18% du total des produits n'est pas seulement rattachée au marchandising et le détail de sa composition n'est pas dévoilé. Difficile donc de mesurer avec exactitude la part du marchandising dans les finances du club. 


Reste que ce boycott, s'il est suivi par une majorité des supporters pourrait également avoir des effets indirects, notamment sur l'équipementier du club, hummel, qui serait le premier impacté. Les groupes signataires du communiqué ne s'y trompent pas et interpellent les principaux partenaires du club : "Nous invitons également l’ensemble des partenaires à se demander quelle image d’eux mêmes ils renvoient en se portant complices de cette gestion financière plus que douteuse (hummel, Smart Good Things, ZeBet, Casino, DesJoyaux, ByMyCar, Crédit Agricole, etc.)"


Néanmoins, si les groupes expliquent que "l’objectif n’est en aucun cas de nuire au bien être financier du club, mais bel et bien à celui (des) actionnaires !", c'est bien les finances du club qui seront impactées par un boycott et ensuite par ricochet, les actionnaires. 


Article plus récent chevron_right
Mercato : Un gardien de l'Inter Milan dans le viseur ?
chevron_left Article plus ancien
Erding fier de sa carrière
keyboard_arrow_down Commentaires (37) keyboard_arrow_down