Malcuit a failli arrêter le foot

Pros | Publié le par Tibo | 24 commentaires
La carrière de Kevin Malcuit aurait pu ne jamais décoller... En janvier 2012, l'AS Monaco décide de mettre un terme au contrat professionnel du natif de Châtenay-Malabry. A ce moment là, l'actuel latéral droit des Verts envisage d'arrêter le football comme il le raconte à SO Foot :

"En fait, signer un contrat pro, ça ne veut rien dire, c’est juste un bout de papier. L’important, c’est de jouer. En tout cas, moi ce que je voulais, c’était jouer. Et à vingt piges, tu es un peu impatient. Je pensais vite jouer en pro, puis en fait non, donc j’ai demandé à être prêté au mercato d’hiver 2012. Au début, le club ne voulait pas, puis le coach de la CFA m’a dit que c’était mieux pour moi, car selon lui, je n’allais pas voir le monde pro cette année-là. C’est donc comme ça que je me fais prêter à Vannes, sauf que ça s’est très mal passé. Je ne jouais pas, le coach, Stéphane Le Mignan, ne me voulait pas spécialement. Après, quand je suis revenu à Monaco à l’été 2012, c’est le moment où les Russes sont arrivés. Je suis revenu de prêt au moment où Ranieri arrivait et directement il a dit qu’il ne voulait pas de moi, sans m’avoir vu jouer, rien. J’ai juste reçu un appel pour me dire que la direction voulait me voir. Et là-bas, on m’a dit tout simplement qu’on ne voulait plus de moi. Comme ça. En cinq minutes, on t’enlève le contrat pour lequel tu as bossé toute ta vie. Ça fait vraiment mal.

Ils te donnent un an et demi de salaire. Et puis au revoir. Terminé. Et puis comme personne ne m’avait vu jouer, je me retrouve vraiment sans club. Je me souviens qu’à ce moment-là, j’ai appelé ma mère pour lui dire que j’arrêtais le foot. Franchement, j’étais dégoûté... (il enchaîne, très ému, ndlr) J’en avais marre, j’avais bossé toute ma vie pour ça, j’étais parti jeune de chez moi, j’avais tout laissé pour vivre mon rêve et il s’arrêtait net, comme ça. Quand tu signes ton premier contrat pro, tu as l’impression d’être dans un rêve et on t’enlève ça en cinq minutes ? C’est pour ça que je voulais tout arrêter. Et heureusement, le coach de la CFA, M. Barilaro, qui était très protecteur avec moi, a appelé Fréjus pour que je fasse un essai et c’est comme ça que j’ai rebondi là-bas."

Depuis, il a disputé 41 matchs sous le maillot Niortais et 46 sous le maillot vert ... dont 7 sur la scène européenne !
keyboard_arrow_down Commentaires (24) keyboard_arrow_down