Maïga évoque ses déboires dans le Forez

Anciens Verts | Publié le par Tibo | 8 commentaires

Habib Maïga s'éclate désormais au FC Metz, club dans lequel il est devenu un élément majeur du onze de départ de Vincent Hognon. Le milieu de terrain ivoirien a connu avant cela, des périodes difficiles au sein de son club formateur, l'AS Saint-Etienne. Il s'est longuement confié sur le sujet dans une interview accordée à sportmania

"A l'AS Saint-Etienne, j'ai eu beaucoup de problèmes physiques. J'ai même eu une blessure aux cervicales ou j'ai failli laisser ma vie (ndlr : août 2015). J'ai encore la cicatrice dans le coup. Cela a entraîné une saison blanche car ça a duré dix mois. Et j'étais en fin de contrat. Ajouté à cela les problèmes musculaires. Difficile dans ces conditions de signer un contrat professionnel. Malgré tout le club m'a proposé un contrat amateur, pour m'aider. Cela signifie que je n'avais pas de salaire. Je jouais juste avec les couleurs du club. Avec la Réserve, je ne recevais que les primes de matches. Je ne pouvais pas refuser car je n'avais pas beaucoup joué. J'étais payé par Pôle Emploi pendant quatre ans. J'ai caché cela à ma famille. Je ne voulais pas affecter ma mère. J'ai gardé tout cela pour moi. Aux entraînements, je me battais. Ce n'est qu'après que j'ai enfin eu mon contrat professionnel. Vous savez, un contrat professionnel, tout le monde peut l'avoir. Mais c'est prolonger, enchaîner les matches en Ligue 1 qui est le plus dur. A Saint-Etienne, les jeunes n'étaient pas mis en avant. A la venue du coach Oscar Garcia, il a fait confiance à quelques jeunes mais les dirigeants voulaient des résultats tout de suite. Je n'ai fait qu'un seul match contre Lille avec l'intérimaire Julien Sablé. Du coup, avec le recrutement de Gasset, plusieurs joueurs expérimentés ont signé à Saint-Etienne. Il ne me connaissait pas et ne m'a pas fait confiance. Je faisais de bonnes séances à l'entraînement comme arrière gauche, droit, milieu défensif...

J'ai eu une proposition du Legia Varsovie en Pologne. Avec une bonne proposition financière mais j'ai repoussé la proposition en espérant jouer avec les Verts. Je cirais le banc malgré mes bonnes séances. Vu que le mercato russe ferme ses portes fin février, j'ai signé à Arsenal Toula. J'étais dégoûté. Bizarrement, Gasset refusait de me libérer en raison de mes bonnes performances aux entraînements. Je lui ai clairement dit que j'avais besoin de jouer. Je savais que médiatiquement ça allait être difficile de jouer en Russie mais financièrement c'est bien. J'ai finalement forcé mon départ, lors de la dernière journée du mercato. Je souligne que je suis parti de Saint-Etienne sans palabres."

Article plus récent chevron_right
Habib croît en Abdoul Maïga
keyboard_arrow_down Commentaires (8) keyboard_arrow_down