Les 5 raisons : suprématie régionale (ASSE/OL)

Pros | Publié le par Hugo | 41 commentaires
La saison dernière, le classement de L1 a connu une situation peu habituelle : en effet, l'ASSE a fini l'exercice 2013-2014 une place (4ème) devant son rival et néanmoins voisin Rhodanien : l'Olympique Lyonnais (5ème). Fierté du peuple Forézien, au grand désespoir des Gones et de leur (souriant) président JM Aulas, cette suprématie régionale nouvellement acquise est cependant tout à fait méritée. Pourtant, au risque d'éveiller la colère des plus fanatiques d'entre vous, je crains que cette situation ait du mal à perdurer. Voici les 5 faits sur lesquelles je m'appuie, avec quelques idées pour solutionner ce problème : les 5 raisons qui font que l'ASSE aura du mal à rester longtemps devant l'OL.
1- Parce que l'OL sans-le-sous ne durera plus très longtemps :
Depuis quelques années, l'OL s'appuie sur un recrutement low-cost, loin des standards des années fastes où JMA empilait les millions pour s'offrir les Tiago, Lisandro et autres Bastos qui nous on fait tant de mal lors des derbys. En plus de recruter pas cher, ces bougres de Lyonnais ont aussi mal recruté ! Bisevac, Gourcuff ou même Danic nous ont bien fait rire du côté de Geoffroy Guichard ! Cependant, Lyon présente toujours un budget annuel de plus de 120M€ au bas mot, quand Sainté s'appuie seulement sur 60 à 70M€ chaque année. Cette différence est depuis 3 saisons gommée par le Grand Stade de Lyon qui engloutie une bonne partie des fonds de notre cher voisin. En revanche, d'ici 2 ans quand ce Stade sera terminé, l'écart se creusera de nouveau et Lyon redeviendra actif sur le marché des transferts, et risquera donc de retrouver le podium... au détriment des Verts. Bombe à retardement.

2- Parce que notre modèle économique a ses limites :
En effet, l'ASSE demeure d'une part effrayée par les investisseurs, étrangers notamment. L'argument principal est (à juste titre je pense) le risque d'une perte des valeurs, de l'identité du club. Or, l'ami JMA affiche depuis quelques années une volonté d'attirer les investisseurs (Chinois, Qataris entre autres) sans toutefois céder la majorité du Capital qui reste sous son contrôle. Ne serait-ce pas une solution pour Sainté ? Par ailleurs, le stade évoqué plus haut risque à l'avenir de faire la différence au niveau financier : un club propriétaire de son Stade dispose de ressources immenses. L'ASSE doit donc trouver une solution pour s'approprier complètement la manne que le stade représente. De même, le Salary Cap finira par poser problème: on le voit bien avec les cas Trémoulinas ou Ruffier, voire même un hypothétique Alliadière que le club peine à faire signer faute de salaires assez élevés. A l'inverse, Lyon n'hésite pas à aligner les chèques pour bloquer ses top players (Grenier, Lacazette, …). Or, la réussite passe par un groupe de bons joueurs de club avec 3 ou 4 Top Players pour faire la différence. Le modèle économique stéphanois permettra-t-il toujours cela ? Incertain.

3- Parce que notre centre de formation ne fonctionne pas :
Lacazette, Gonalons, Grenier, Lopes, Zeffane, Ghezzal : voici quelques un des joueurs issus du centre de formation de l'OL qui disposent d'une place de titulaire ou luttent pour, et qui attirent les grands clubs. Passons maintenant aux anciens de l'Etrat se trouvant dans le même cas : Zouma, Guilavogui. En effet, l'ASSE n'a su faire éclore (en le conservant au club) qu'un seul joueur sur les 5 dernières années (Guilavogui, en excluant son chaotique retour en prêt, partant une demi saison après son explosion), alors que Lyon sortait dans le même temps l'équivalent d'une équipe prête à jouer en L1. C'est là une réelle faiblesse côté Stéphanois : à l'heure de la morosité et de la rigueur financière, on doit être capable de produire les Top Players à défaut de pouvoir les acheter. En la personne de Lacazette, Lyon dispose pour pas un sous de l'attaquant de niveau Européen qui fera défaut à l'ASSE en League Europa cette saison. Pour ma part, je pense que le problème des Verts est de ne pas assez donner leur chance aux jeunes. Pour ne citer que le prometteur Saint Maximin, j'imaginais que cette saison, Galtier lui donnerait un peu de temps de jeu. Résultat : 4 pauvres bouts de match, en Coupe et en Europa League. L'ASSE ne doit-elle pas faire un peu plus confiance à sa jeunesse ? Espoir.

4- Parce que l'effet «MHSC» n'est pas éternel :
D'abord, qu'est-ce que j'appelle l'effet MHSC ? C'est le fait qu'un groupe moyen accompagné de quelques joueurs au sommet de leur art progresse bien au-delà de sa valeur réelle, en conservant la même base de joueurs pendant plusieurs saisons (Montpellier champion en 2011, avec entre autres Belhanda, Giroud, Yanga-Mbiwa, Bedimo) En l’occurrence, l'ASSE est depuis 3 saisons portée par un groupe cohérent et stable de bons joueurs de championnat (Cohade, Lemoine, Clerc, Bayal...) accompagnés de Top Players : Ruffier, Perrin et jusqu'à l'an dernier Guilavogui et Aubameyang. La saison 2014-2015 sera à n'en pas douter la dernière de Ruff' sous le maillot Stéphanois. De même, Perrin pourrait bien partir si un club jouant la Champions League remarque enfin son talent indéniable. Comme Montpellier, nous progressons grâce à la grande cohésion de notre collectif et l'apport de nos tops players. Mais comme Montpellier, nous perdons ces joueurs de top niveau et ne les remplaçons pas : Giroud et Belhanda sont partis, comme Aubame et Guilavogui, sans qu'on ne leur trouve de remplaçants à leur niveau. De plus, l'équipe vieillit et comme toutes les épopées, après l'apogée vient le déclin. Il faut donc s'attendre à ce qu'après une progression constante sur les 3 dernières saisons, Saint Étienne commence à stagner ou perdre du terrain, même si je vois le club demeurer dans le Top 7. A l'inverse, Lyon risque au contraire à l'avenir de retrouver le Top 3 assez régulièrement. Pessimisme.

5- Parce que Galtier ne sera pas toujours là :
C'est la raison la plus incertaine mais aussi la plus inquiètante : quoi après Galtier ? En effet, le natif de Marseille ne restera pas éternellement dans le Forez, surtout si l'on ne lui donne pas les moyens de ses ambitions. En Mai dernier déjà, celui-ci a brièvement hésité à poursuivre l'aventure avant de se raviser, sans doute tenté par une aventure Européenne qu'il avait échoué à débuter en 2013. Cependant, Galtier est jeune, et il finira par s'en aller vers un plus gros club étranger ou peut être l'OM, qui lui a déjà fait du pied par le passé. Or, il est à n'en pas douter la clé de voûte du succès Stéphanois : sa relation avec les joueurs, son sens tactique, sa capacité à unir autour de lui et à tirer le meilleur de son groupe et de chaque individualité. L'après Galtier, c'est l'inconnu : peut-être que tout continuera à marcher comme sur des roulettes, avec un nouvel entraîneur de qualité, des recrues intéressantes. Mais peut être aussi qu'un scénario catastrophe se dessinera : un groupe qui se délite, les cadres qui s'en vont, un nouvel entraîneur pas à la hauteur... et donc le retour du voisin Lyonnais devant l'ASSE au classement. Galtier est à coup sûr la clé pour connaître l'avenir du club, mais l'impact de son départ reste incertain. Déterminant.

Saint Étienne, après s'être emparée du leadership en Rhône-Alpes en 2013-2014, doit maintenant penser à faire perdurer cette situation. Et comme tout porte à croire que L'OL risque de progresser, l'ASSE n'a d'autre choix que de faire de même ! Et pour cela, plusieurs axes de réflexion : formation, recrutement, politique économique... De quoi vous faire cogiter jusqu'à la reprise !


Ton premier pari remboursé jusqu'à 100€ :
Article plus récent chevron_right
Chelsea à la conquête d'une pépite verte ?
chevron_left Article plus ancien
La LFP sanctionne du Vert !
keyboard_arrow_down Commentaires (41) keyboard_arrow_down