Le Tour de France des sections : la 140 de Montpellier

Club | Publié le | 3 commentaires

Elles font la particularité de l'ASSE, la renommée du Peuple Vert et le bonheur des supporters à distance : elles, ce sont les sections. Aujourd'hui, nous découvrons la 140, celle de Montpellier, que nous présente Sébastien, l'un de ses membres.

Tout d'abord, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer d'où vient votre amour pour l'ASSE ?
Sébastien, j’ai 40 ans, je suis natif de Sainté et j’habite sur Montpellier depuis huit ans. Expliquer une passion est compliquée car chacun la vit à sa manière... Cet amour pour ce club est une partie de soi nous suivant au fil des années. Comme beaucoup, c’est la transmission familiale. Mes premiers pas dans le Chaudron datent de la saison 1991. J’avais 11 ans, c’était un événement, mes premières sorties, tard, avec les grands... J’apprenais l’histoire avec ma première écharpe du club et mon idole de l’époque, Lubomir, en attendant naïvement de vivre à mon tour ces moments d’émotions alors que le club était au plus bas, milieu 90, avec l’époque Vernassa, Koehl, la D2... Le stade se vidait, je passais mon adolescence avec les copains du stade en Charles Paret, buvant mes premières bières en chantant pour les Robert, Gauvin, Delpech (sic). Mes premiers déplacements en 1996, âgé de 16 ans, pour le derby de la D2 Valence-ASSE. Saison après saison, j’ai bourlingué dans 90% des stades de L2 et L1... Le club repartait tout comme mon enthousiasme et la ferveur au stade avec Bompard... Une chute émotionnelle, une révolte intérieure avec les faux passeports... Repartir de la case de départ, à 20 ans, toujours les rêves de grandeur avec la génération Sablé, Janot où je m’identifiais à eux... Les joies des titres de D2. Puis, au fil du temps, avec la réalité économique, tu réalises que la destinée de ta passion est comme un château de cartes... Tu construis les bases, tu rajoutes des niveaux plein d’espoirs, de satisfactions et puis tout s’écroule. Saison après saison, tu recommences pour enfin réussir à vivre à ton tour une finale en 2013, l’Europe. À 40 ans, ta passion, ton club, ta ville, tu connais leurs forces et limites. À mon tour je la transmets à mes enfants. Le plus important en fait, est de partager des émotions, des aventures avec ce maillot vert de génération en génération. Mais au fond de toi, tu as toujours ce regard et ce rêve d’enfant de vivre une grosse épopée...

Vous êtes membre de la section 140 de Montpellier. Quelle est l'histoire de cette section ?
La section 140 de Montpellier à été créée en 1984 par Philippe Gastal, le conservateur du musée de l’ASSE. Étant ici, c’est Philippe qui a organisé les premiers déplacements en groupe, les premiers rassemblements dans le midi, qui a structuré la section... Huit autres présidents se sont succédés en amenant chacun leurs idées et leur personnalité. Tout au long de ces années, la section a su se développer avec les changements, en se modernisant avec l’arrivée des portables, internet, réseaux sociaux, s’adapter aux divers diffuseurs et horaires… Je vous laisse imaginer, au début des années 90, le temps passé, les contraintes, pour s'organiser dans la section alors qu’aujourd'hui, en un clic, tout est fait. Pendant toutes ces années, la section a vécu en fonction de ses présidents, avec tant d'épisodes passés. Les débuts des années 2000, avec les chaudes et incontournables Bodega Verte de Cédric Bise dans un resto de la Grande-Motte connu de tous ses habitants où plus de cinquante personnes se retrouvaient pour les matchs à l’extérieur des Verts... Ou encore, à la fin des années 2000, où Roseline Bomcopain comptait 140 adhérents ! Organisant, entre autres, un bus commun avec des Verts et des Montpelliérains pour ASSE-MHSC. Tous les déplacements organisés avec de longs débats sur nos joueurs... Tant de souvenirs vécus par de nombreux cycles d’adhérents, dont certains sont là depuis plus de 20 ans... La section est représentée à Geoffroy-Guichard depuis 35 saisons vivant au rythme de l’ASSE. En souhaitant à cette maison verte du Sud encore autant d’années d’existence.



Combien êtes-vous ? Quels sont les profils des supporters membres de la section ?
Nous sommes actuellement une quarantaine d’adhérents, tout autant qui gravitent autour de la section. Le but, à court terme, est de les faire intégrer à la section... Nous avons tous les profils, nous comptons dans nos rangs des abonnés, des supporters se déplaçant pour les affiches ou dès qu’ils le peuvent. Une partie aussi qui ne se déplace plus du tout ou temporairement pour diverses raisons (l'âge, les finances, des raisons familiales ou professionnelles). Le plus jeune à 18 ans, on a deux noyaux de 30-40 et l'autre de 60-70 ans. La section est composée de natifs de Sainté et de Ligériens, d'Ardéchois, des gens de Haute-Loire et des locaux du Midi. Un beau mix du peuple Vert ! Tous les adhérents sont dispatchés dans la région allant de Béziers, Balaruc... du Centre de Montpellier jusqu’à la limite du Gard... Rendant difficile parfois les animations.

Justement, quels évènements organisez-vous entre associés supporters ?
Nous essayons de mettre en place plusieurs événements malgré les nombreux aléas d'une section. L'activité principale est la vente de places de matchs aux adhérents, les ayant avant le grand public... Nous mettons en relation les supporters pour le covoiturage, par exemple trois voitures sont montées pour ASSE-Wolsburg. Depuis l'arrivée du nouveau bureau, l'objectif est de remettre en place les bus (nous sommes montés avec le bus de la section d'Avignon pour la demi-finale). Il y a aussi la "journée verte" pour Montpellier-ASSE. Cette saison, une conférence a été organisée par Philippe Gastal avec Dominique Rocheteau, Alain Merchadier... Elle a été suivie d'un restaurant, tout comme pour Nîmes-ASSE. Un repas de mi-saison a été mis en place dans le restaurant de Geoffrey Dernis mais il a fermé cette année. On est en recherche d'une bonne adresse... On organise également un tournoi de pétanque de fin saison entre nous (merci le Covid-19 !). Plus le groupe Facebook de l’AS140, où chaque jour les infos sont diffusées avec un championnat de pronostics récompensé par un cadeau de la boutique des Verts. Nous essayons d'amener avec ces divers rendez-vous une vie pour que la majorité y participe. L'idée est de refaire un petit Sainté dans le Sud !


"En Occitanie on peut compter bon nombre de supporters verts (...) L'ASSE a une belle cote dans la région."

Vous nous avez également fait passer votre dernier journal. Pouvez-vous nous en dire plus sur celui-ci ?
Tous les supporters verts répertoriés du Midi (plus de 80 à ce jour), reçoivent chaque mois le journal de l’AS140, ainsi ils ont un lien direct avec la section. Ce journal a trois rubriques la plus part du temps. "La vie de la section" avec le résumé du mois écoulé accompagné de photos (déplacements, animations...). Sur "l’ASSE", une synthèse mensuelle, là aussi faite avec toutes les infos que nous avons de nos diverses sources. Je les écris avec parfois un peu de dérision et du second degré pour désamorcer les crises sportives et extra comme le clash Puel/Ruffier sous fond du magasine "Voici". Vaut mieux reconstruire le château de cartes dans l’humour... Un tour d’horizon sur toutes les catégories de l’ASSE est fait aussi, également "un édito" parlant du foot avec recherches (les galères de Bordeaux, VAR...). Des "spéciaux" en fonction de l’actualité : la Sainte-Barbe, le Derby, le bilan de fin saison côté émotionnel... Le journal a trouvé sa place au sein de la communauté verte du Midi. Il est envoyé par mail, réseaux sociaux et courriers pour les plus anciens.

Quelles sont les démarches à suivre pour rejoindre votre section ?
Très simples, c’est une démarche personnelle pour être dans un collectif… Passionné des Verts ? Il est essentiel de faire partie d’une fédération pour déjà être compté comme un supporter officiel et indépendant, sans compter tant de raisons importantes qui vous seront expliquées dans la convivialité… Il suffit de nous envoyer un mail pour entrer en contact, adhérer à la section et à une cotisation de 20 euros qui est déductible de l’impôt sur le revenu au titre des dons aux associations d’intérêt général. Le coût réel est de 6,80 euros. Pour nous joindre, as140membres@yahoo.com.



L'Occitanie est-elle une terre riche en supporters des Verts ?
En Occitanie on peut compter bon nombre de supporters verts. On compte déjà notre section plus une autre des USS. Également beaucoup de Ligériens ont une maison secondaire dans la région, on croise régulièrement des 42... Pour les locaux, tu prononces Sainté et la majorité te rappelle l’épopée de 76... On voit aussi la popularité de l’ASSE en fonction des boutiques, des maillots dans les stations balnéaires avec la vente de celui des Verts. Mais surtout dans les Lunapark où dans certains stands, des forains font gagner les maillots des Verts, parmi ceux de l’OM et du Barça ... La proximité aide aussi, puisque trois heures nous séparent... L'ASSE a une belle cote dans la région.

Quelque chose à rajouter ?
Vive le foot populaire ! Il se transforme sans cesse avec un nouveau lexique au fil du temps, des investisseurs étrangers, sans passion, viennent juste pour leurs propres intérêts, beaucoup de gens deviennent comptables au lieu d’être supporters. L’argent ne fait pas le bonheur mais les valeurs si. Regardons les copains bordelais... Un jour le club changera de mains mais ce jour, attention à ne pas se les brûler ! De vivre la réalité du club avec ses objectifs et de ne pas vouloir être celui que nous ne sommes pas. Vivons les émotions, les plaisirs, les défaites comme des supporters, comme le Peuple Vert !

Article plus récent chevron_right
Jeannot Dées débarque à Veauche
keyboard_arrow_down Commentaires (3) keyboard_arrow_down