Le coach de la réserve fixe ses objectifs pour la saison 20/21

Formation | Publié le par Paul | 8 commentaires

Alors que la saison des équipes du centre reprend ce week-end, EVECT est parti à la rencontre de trois coachs de la formation stéphanoise. Après un premier entretien avec Jean-Luc Dogon, entraineur des U19, rendez-vous avec Razik Nedder, entraineur de la N3 et responsable technique du centre de formation.

Comment s'est déroulé la préparation à quelques heures de la reprise du championnat ? 

C'était une prépa un peu inédite par rapport à la situation sanitaire. Il a fallu s'adapter sur beaucoup de choses, avec de nombreuses contraintes. J'ai trouvé mes joueurs très rigoureux vis-à-vis des règles mises en place. Au niveau du terrain, les garçons étaient impatients de rejouer au football, tout le monde est revenu en forme. On a réduit un peu le groupe, tout le monde était concerné. C'est toujours bien de travailler dans le positif en remportant nos matchs amicaux. Maintenant nous avons conscience des difficultés qui peuvent se dresser devant nous. Les matchs de N3 n'auront rien à voir avec les conditions que nous avons rencontrées pendant la préparation. Les terrains ne seront pas les mêmes, le contexte sera forcément lui aussi particulier. Par rapport à nos objectifs de formation, on sort de la préparation avec un groupe un peu plus tonique, un peu plus dynamique. 


A quoi devrait ressembler le groupe N3 cette saison ? 

Nous serons dans la continuité de ce qui est fait en réserve au club, avec le seul recrutement de Setigui Karamoko, un profil atypique recherché sur de la post-formation. On a décidé de réduire le groupe, pour faire de la place à des jeunes avec du potentiel qui proviennent de notre centre de formation. Que ce soit des U19 de l'an passé ou des U17, l'idée c'est de jouer jeune. Il n'y a pas la volonté pour une équipe réserve comme nous de construire à tout prix une équipe compétitive avec un recrutement dédié à cet objectif. Notre volonté, c'est de faire grandir les garçons pour qu'ils aillent chercher rapidement le très haut niveau. En y parvenant, nous serons naturellement compétitifs, c'est le rôle de la formation. 


"Il faut souligner l'impact de l'arrivée d'un coach comme Puel sur nos jeunes"

Quel est l'objectif cette saison ? 

Dans d'autres régions, descendre en N3 c'est plus embêtant que chez nous. Le niveau est très relevé dans notre poule, les clubs ont les moyens, les effectifs dans la région sont qualitatifs. On se rapproche davantage d'un niveau global de N2 que du régional. Se fixer des objectifs c'est compliqué, maintenant nous sommes des compétiteurs, on ne se cachera pas, si on peut remonter dès cette année, on le fera. Nous savons aussi que nous nous dirigeons vers une saison aussi compliquée que l'année dernière en termes d'effectif. Nos meilleurs jeunes aspirent à jouer dès le début de saison avec les pros. C'est le fruit de notre travail de formation, mais c'est un facteur avec lequel il faudra composer cette année. Et puis il y a aussi la nouvelle règle des cinq changements chez les élites, qui monopolisera plus de joueurs sur un week-end, surtout dans des rencontres qui se dérouleront en même temps. Il sera compliqué de faire redescendre des jeunes.


Que pensez-vous de l'éclosion au plus haut niveau d'une génération que vous connaissez par coeur ?

D'abord, il faut souligner l'impact de l'arrivée d'un coach comme Claude Puel sur l'état d'esprit des joueurs du centre de formation. Ils sentent que s'ils travaillent bien, les opportunités vont se présenter à eux. Le coach à l'audace de faire confiance aux jeunes et pour nos joueurs en termes de motivation c'est déterminant. La génération 2000/2001 arrive aujourd'hui à maturité dans la formation et devrait continuer de grandir, avec le club chez les pros, durant les 2/3 prochaines saisons.


"La formation, ce n'est pas un nuage de bons joueurs qui est tombé par hasard sur le club un jour"

La 4ème place du club au classement des centres de formation à donc du sens pour vous ? 

Bien sûr, c'est important. Il y a quelques saisons, nous étions autour de la 20ème place, cela ne représentait pas ce que nous produisions en termes de travail. On a lancé un projet, avec des méthodologies d'entraînements et des façons de travailler précises pour encadrer nos jeunes joueurs. C'est le fruit du travail de l'ensemble des équipes du centre de formation, des bénévoles, des recruteurs, des éducateurs mais également de la politique du club et de celle des présidents. Ce n'est pas un nuage de bons joueurs qui est tombé par hasard sur le club un jour, on s'est donné les moyens et aujourd'hui nous récoltons le travail de tous depuis de nombreuses années. Je vis ma 10ème saison au club, forcément, il y a de la fierté de voir ma ville, mon lieu de travail, mis en lumière par ce classement, surtout lorsqu'on mesure le travail qu'il y a derrière.

L'arrêt des compétitions fait toujours de vous le tenant du titre en Gambardella, que souhaitez-vous à Jean Luc Dogon et sa génération ?

C'est une compétition sans équivalent en termes de visibilité pour nos joueurs. Quand tu fais un parcours en Gambardella, cela marque une génération. Jean-Luc à l'expérience de cette coupe, je lui souhaite d'aller le plus loin possible, de vivre la compétition à fond. Il faut se donner les moyens d'aller loin et pour cela, il faut créer un groupe solide et soudé pour passer les tours. On a des belles générations qui arrivent, je suis persuadé qu'ils feront de belles choses. 


Vous vous sentez privilégié d'avoir remporté cette compétition avec votre club et cette belle génération stéphanoise ?

Ce sont des jeunes que j'ai pris en U12 et U13 quand j'entrainais dans ces catégories au club, je me souviens pour tous des premières séances d'entrainement ici. J'ai vu ces jeunes devenir des joueurs de football, en U16, en U17, en U19, j'ai tout vécu avec eux. Avec la génération "Gambardella" on m’a permis de mettre en place, de réajuster et de peaufiner un projet technique de formation sur plusieurs saisons, avec un groupe de joueurs où l’on a privilégié la qualité technique et l’intelligence de jeu. À la demande du club, j'ai pu formaliser et élargir cette méthode de travail que nous réajustons constamment. Je ne sais pas si je revivrais un jour dans ma carrière ce que j'ai vécu avec ce groupe. Je garderais une proximité et des attaches avec cette équipe tout au long de ma vie, je suis très fier d'eux. 


Ton premier pari remboursé jusqu'à 100€ :
Article plus récent chevron_right
Flash : Le groupe avec M'Vila et sans Boudebouz
chevron_left Article plus ancien
#ASSEFCL : Deux forfaits chez les Merlus
keyboard_arrow_down Commentaires (8) keyboard_arrow_down