Le 100e derby, et pourquoi pas la 100e Coupe de France ?

Pros  #ICCASSE   | Publié le par Occitan Vert | 23 commentaires
Cette année 2017 sera entre autre marquée par un événement dans l'histoire du football français : La Coupe de France est centenaire. Cette «vieille dame» a vu le jour en 1917 et contrairement à nombre de manifestations sportives elle a été disputée sans interruption jusqu'à nos jours traversant même 2 guerres mondiales sans jamais déserter !
C'est le 15 janvier 2017, qu'elle fêtera son 100ème anniversaire. Elle fut crée par le CFI (Comité Français Interfédéral) qui deviendra peu après la FFFA, la Fédération Française de Football Association, l'actuelle fédé. Cette nouvelle compétition sera baptisée «Coupe Charles Simon» en hommage au fondateur du CFI, qui avait perdu la vie au combat deux ans auparavant.

Tous les clubs petits ou grands peuvent y participer, ce qui en fera son originalité et contribuera grandement à écrire sa légende. Elle va peu à peu connaître une immense popularité à travers tout le pays, au point que dès la 10ème édition, le président de la République, Gaston Doumergue, viendra lui même remettre le précieux trophée au capitaine vainqueur. Son club pourra fièrement le conserver et l'exposer jusqu'à la prochaine finale.

47 clubs seulement participaient à la 1ère édition (on était en période de guerre), ils sont plus de 7000 aujourd'hui. Pour une plus grande équité, pensait-on, les matchs se dérouleront longtemps, sur terrains neutres. Il n'y avait pas de prolongation, en cas de match nul on rejouait dès que possible, dans le même stade oui ailleurs ! 
L'ASSE en 38-39 sera éliminée par le Stade de Reims au 3ème match et il lui faudra autant de rencontres pour sortir Ales en 40-41, en disputant deux d'entre elles à Gerland ! Certaines qualifications étant obtenues au 4ème match, on décida un beau jour, que dès la 3ème confrontation sans vainqueur, on désignerait l'équipe qualifiée par tirage au sort.
Ce règlement ridicule permit notamment à Lyon de disputer la finale en 1967 ! la pièce de 5 francs jetée en l'air (dans le vestiaire des arbitres) ne retomba pas du coté choisi par le capitaine d'Angoulême, l'ancien stéphanois Yvon Goujon. Lyon gagna la finale mais la fédération sans doute embarrassée, permit à Angoulême de conserver la coupe pendant 6 mois dans une vitrine du club.

La finale a connu 7 stades différents en 100 ans tous situés à Paris ou dans sa proche Banlieue. 28 clubs ont gagné le trophée. Il n'y eu à ce jour que 98 finales, celle de 1992 ayant été annulée en raison du drame de Furiani. Celle de 1943-44 fut disputée par équipes régionales, le gouvernement de Vichy ayant décidé que le professionnalisme source de tous les vices devait être éradiqué. Les clubs redevenaient amateurs, les meilleurs joueurs étant réquisitionnés dans l'équipe de leurs régions : Lyon-Lyonnais pour les stéphanois un comble ! Parmi eux, 4 refusèrent cette «sélection» ce qui leur valu une suspension à vie, qui fut bien sur annulée dès la fin de la guerre.
 
L'épreuve nous a réservé tout au long de son existence de nombreuses et mémorables surprises. Calais club de CFA a disputé la finale en 2000 ainsi que 4 clubs de national et 10 de Ligue 2 parmi lesquels deux, Le Havre en 1959 et Guingamp en 2009, l'ont emporté.
 
3 joueurs détiennent le record de victoires, avec 5 coupes gagnées, un ancien Vert, Dominique Bathenay (3 avec l'ASSE, 2 avec le PSG), Alain Roche (3 avec Paris, 2 avec Bordeaux) et Marceau Somerlinck (5 succès avec Lille). Le LOSC l'une des grandes équipes de l'après guerre, disputa 5 finales consécutives, perdant la première et la dernière les deux face au RC Paris

L'ASSE pour sa première apparition en 1933 avait débuté en fanfare en atomisant le club de la Grand Combe, petit cité minière du Gard (11-0) ! C'est en 1960 que les Verts disputeront leur première finale face à l'AS Monaco. Les stéphanois pensaient bien avoir fait le plus dur en prenant l'avantage à 4 minutes de la fin grâce à Domingo, mais les Monégasque égalisèrent dans la foulée pour finalement l'emporter dans la prolongation (4-2) !
Ce n'était que partie remise. En 1962, l'ASSE était pour la première fois reléguée en D2. Elle allait sauver sa saison en remportant l'épreuve devant le FC Nancy grâce a 1 but de Baulu toujours à 4 minutes de la fin. François Wicart était sur le banc stéphanois ! Il avait remplacé moins de 2 mois auparavant le réputé Henri Guérin viré par le tout nouveau président, un certain Roger Rocher. Le peuple Vert fit un accueil triomphal au trophée. La «vieille dame» reviendra encore 5 fois dans le Forez. A quatre reprises ce succès était accompagné d'un titre de champion de France, 4 doublés, le record est toujours en vigueur, tout comme le 5-0, infligé aux pourtant coriaces Canaris Nantais, lors de la finale de 1970.

En 1982, pour la première fois, Coupe du Monde oblige, une finale terminée sur un score nul ne fut pas rejouée. Cette 1ère séance de tirs aux buts, provoquée par l'égalisation miraculeuse du «parisien» Rocheteau, sera fatale à l'ASSE privée d'un nouveau trophée et offrira son premier titre au PSG.
La Télévision qui, il faut bien le reconnaître, a largement contribué au succès du football, a aussi malheureusement été à l'origine de la dévalorisation de la coupe de France. Avec des matchs programmés en semaine, à des horaires indignes, certains méprisants mêmes, pour les supporters qui ont la chance d'avoir un boulot. L'argent de la télé a dénaturé le prestige de la «vieille dame» mais chacun de ses matchs reste une grande fête pour les clubs amateurs et soulever le trophée demeure une grande fierté pour n'importe quel joueur, même les plus grands.

N'est-ce pas M. Perrin ? Les Verts ont gagné bien gagné le 100ème Derby...alors pourquoi pas la 100ème Coupe de France?
keyboard_arrow_down Commentaires (23) keyboard_arrow_down