Flash : Communiqué officiel du procureur de la République

Stade | Publié le par Tibo | 79 commentaires

Ce matin, une opération d'envergure s'est déroulée dans le cadre de l'enquête suite aux incidents qui ont émaillé le match des barrages retour face à l'AJ Auxerre. Plusieurs supporters de l'ASSE ont été interpelés tôt dans la matinée, mobilisant une centaine de policiers pour mener à bien l'opération. Dans un communiqué officiel, David Charmatz, procureur de la République revient sur cette opération inédite. 

"Le 29 Mai 2022, le match de football de barrage retour entre les équipes de l’ASSE et de l’AJ Auxerre se déroulait au stade Geoffroy-Guichard. Dès la fin de la séance de tirs aux buts, qui signait la défaite et la relégation de l’ASSE, plusieurs centaines de supporters stéphanois envahissaient l’aire de jeux.
Certains, pour la plupart masqués et en possession de moyens pyrotechniques qui avaient été introduits dans l’enceinte sportive en forçant les contrôles avant le début du match, ainsi que de projectiles divers les projetaient en direction de la tribune officielle.
Parallèlement, l’envahissement de la pelouse par la foule et d’autres actes de dégradations volontaires occasionnaient de nombreux dégâts matériels, pour un montant total proche de 600 000 euros.
Repoussés par les forces de l’ordre, les affrontements se poursuivaient à l’extérieur du stade avec des actes de détérioration d’une partie du mobilier urbain.
Une enquête de flagrance était ouverte et confiée à la Sûreté Départementale de la Loire pour participation à un groupement préparant des violences ou dégradations, violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, violences sans ITT dans une enceinte sportive, jet de projectile présentant un danger pour les personnes dans une enceinte sportive, dégradations volontaires du bien d’autrui, introduction et usage de fumigène, fusée ou artifice lors d’une manifestation sportive.
Une cellule spéciale composée de 3 fonctionnaires de l’Unité des Enquêtes Générales était créée par la Sûreté Départementale de la Loire. Au cœur de leurs investigations, ces enquêteurs spécialisés s’attachaient à un travail rigoureux d’analyse des différents enregistrements de plus de 100 caméras de vidéo surveillance du stade et de ses abords.
Ce visionnage de dizaines d’heures d’enregistrement permettait de retracer le parcours au cours de la soirée et d’identifier formellement 27 individus impliqués à des degrés divers lors des trois phases de cette soirée, qu’il s’agisse de l’introduction de matériels (fumigènes), des violences commises notamment envers les spectateurs de la tribune officielle, ou enfin des affrontements avec dégradation du mobilier urbain à l’extérieur de Geoffroy-Guichard après l’évacuation du stade.
Une opération d’ampleur impliquant une centaine de policiers provenant de tous les services d’enquête de la DDSP 42 était planifiée en vue d’interpeller l’ensemble des protagonistes, lesquels sont domiciliés dans 06 départements, dont 20 ligériens.
L’opération débutée ce jour à 06H00 a pleinement atteint ses objectifs, certains individus absents de leur domicile s’étant rendus d’eux-mêmes au commissariat. Ces 27 mis en cause sont uniquement des hommes, dont 1 mineur et 26 majeurs âgés entre 17 et 38 ans.
La cellule opérationnelle mise en place a permis au magistrat du parquet de St-Étienne déplacé au commissariat central d’orienter les procédures, les réponses pénales étant adaptées à la gravité des faits commis et aux personnalités en cause, certains ayant déjà été condamnés pour des infractions en lien avec une manifestation sportive.
Les 11 personnes impliquées dans la phase de jets de projectiles et de violences commises au préjudice des spectateurs de la tribune officielle, qui concentre les faits les plus graves, seront déférées demain au parquet pour être convoquées devant le tribunal correctionnel dans un délai de deux mois, leur placement sous contrôle judiciaire étant requis par le parquet qui requerra aussi la détention provisoire pour un des protagonistes déjà condamné à plusieurs reprises.  
Pour les individus ayant participé aux autres phases de cette soirée (introduction des fumigènes avant le match ou affrontements ou dégradations à l’extérieur du stade) les gardes à vue ont été levées, assorties de réponses pénales différentes avec 5 convocations en CRPC pour ceux qui ont reconnu leur culpabilité, 5 COPJ pour ceux qui la contestent et 3 orientations en alternative aux poursuites, dont une mesure de réparation pour le mineur concerné par ces faits.
3 individus ont bénéficié d’une décision de classement, les preuves de leur implication n’ayant pas été jugées suffisantes."


Le 18 septembre 2022, Le procureur de la République                               David CHARMATZ"


keyboard_arrow_down Commentaires (79) keyboard_arrow_down