Compan : "Châteauroux, c'était mythique, fabuleux !"

Anciens Verts | Publié le par Tibo | 18 commentaires
Désormais entraîneur à Hyères, en National 2, Lilian Compan s'est longuement confié dans une interview accordée à Foot d'Avant. Il revient notamment sur son arrivée dans le Forez, sous la houlette de Frédéric Antonetti :

"Chaque année quand je revenais à Auxerre, Guy Roux voyait en moi un très bon joueur mais il ne me faisait pas jouer. Ma valeur financière était trop importante par rapport à mon temps de jeu de l’époque. Les clubs venaient mais ils repartaient aussitôt car Guy Roux demandait trop d’argent. Heureusement, les prêts m’ont permis de me faire voir. Puis finalement, le transfert à Saint-Étienne s’est réalisé assez rapidement. C’était à la fin du mercato estival. Les Verts cherchaient un attaquant suite aux mauvais résultats obtenus en matchs de préparation. Moi, je ne voulais plus rester à Auxerre car Guy Roux me bloquait. Heureusement j’ai eu Frédéric Antonetti au téléphone à la fin août, son discours m’a plu. L’homme me plaisait déjà. D’être sous les ordres d’un coach comme Frédéric Antonetti, c’était un truc qui me bottait bien. Ça n’avait rien à voir avec ce que j’avais vécu avant. Pour moi, c’était nouveau de jouer dans un stade mythique. A l’époque, j’avais 25 ans mais j’avais l’impression de débuter ma carrière. Je pense que les supporters de Saint-Étienne ont aimé mes valeurs. Des valeurs de gagne qui ressemblent à celles de Saint-Étienne. Je ne lâchais rien sur le terrain. C’est ce qu’attendent les supporters des Verts."

L'attaquant passé dans le Forez a vécu un grand moment face à Châteauroux, dans le Chaudron. Une volée merveilleuse de Damien Bridonneau a offert le titre de champion de Ligue 2 dans un stade en ébullition. Un moment fort de sa carrière :
"C’était mythique. Fabuleux. C’est dur de trouver des mots pour décrire ce que j’ai ressenti ce soir-là. Au début de la saison 2003/04, personne ne croyait en nous. Finalement, une équipe de copains s’est créée. Cette équipe de copains a réussi à réaliser quelque chose de super sympa ensemble. C’est l’un des plus beaux souvenirs de ma carrière. Je me souviens que le public de Geoffroy-Guichard nous a énormément poussés ce soir-là. Personnellement, j’étais lessivé en cette fin de saison. Mais c’était primordial d’avoir une ligne sur le palmarès de Saint-Étienne. Aujourd’hui, je peux dire que je fais partie de l’histoire de l’AS Saint-Étienne."
chevron_left Article plus ancien
Pajot forfait, Mangani incertain
keyboard_arrow_down Commentaires (18) keyboard_arrow_down