Beal : "Chaque jour qui passe nous rapproche du jour de la vente"

Club | Publié le par Joris | 28 commentaires

Le responsable communication des Socios Verts Julien Beal s'est exprimé pour Evect sur l'avancée du projet, plus de dix mois après notre dernière rencontre. Les objectifs restent les mêmes et ce dernier assure que les Socios Verts sont "prêts" pour "le Jour J". 

10 mois environ après notre dernier entretien, où en est votre projet ?
Cela avance plutôt pas mal. Il y a de plus en plus de joueurs qui nous font confiance. Lubo' (Moravcik) et Sivebæk ce sont clairement deux gros morceaux. Humainement ce sont vraiment des gens incroyables. On a de plus en plus de soutiens, on discute de plus en plus avec des anciens joueurs. Sur la partie anciens joueurs, il y en a pas mal qui vont être annoncés ces prochaines semaines.

La deuxième partie ce sont les collectivités locales. Une première nous a officiellement rejoint, c’est un vœu qui est voté en conseil municipal. C’est Roche-la-Molière qui nous a rejoint avec le Maire Eric Berlivet qui a fait voter en conseil municipal mardi dernier le fait de rejoindre pour le moment en tant que promesse de contribution le collège collectivités locales, qui sera un collège indépendant au niveau de la SIC (société coopérative d’intérêt collectif). Il y en aura d’autres, on discute avec d’autres collectivités locales. D’autres arriveront en début d’année. En terme de communication, quand une collectivité locale fait confiance au projet c’est bien la preuve que celui-ci est crédible et que le projet peut avancer. En parallèle, il y a les entreprises : 195 nous ont fait une promesse de contribution. Je commence à discuter avec des clubs d’entreprises locales pour qu’il y ait de grosses vagues pour le premier trimestre. C’est ce qu’il risque d’arriver pour le premier trimestre 2023.


Vous communiquez souvent sur l’arrivée d’anciens Verts vous rejoignant, concrètement comment cela se matérialise ?
Quand un joueur nous rejoint, il nous fait sa promesse de contribution. Ensuite, une vidéo est réalisée. C’est un peu toujours le même processus. On a un groupe WhatsApp des anciens joueurs. Il y a anciens joueurs et pas que parce qu’il y a aussi Loïc Vergnaud, seize fois champion de France handi-bike. On va d’ailleurs essayer de développer le hors foot. Ils nous soutiennent par leur promesse de contribution, par leur image, et par leur répertoire aussi. Ils nous aident aussi par leur expérience : comment ils travaillaient avant, ce qui fonctionnait avant, ce qui permet d’agrémenter le livre blanc. Cela permet d’être en perpétuelle évolution sur beaucoup de choses.



"L’objectif est toujours là. Après, est-ce-que cela se fera avec la direction actuelle, c’est peu probable."


En février dernier vous nous disiez que les objectifs étaient de rentrer dans le capital du club et d'avoir un siège au Conseil d’Administration, est-ce toujours le cas et est-ce que cela avance ? Y-a-t-il de nouveaux objectifs ?
C’est la définition même de la création des Socios Verts : rentrer dans le capital de la SASP AS Saint-Étienne pour avoir un siège au conseil de surveillance. Cette personne-là sera élue par le conseil d’administration de Socios Verts, conseil d’administration qui est élu par les Socios. C’est l’échelle d’organisation de la future société Socios Verts, de la SIC (société coopérative d’intérêt collectif). L’objectif est toujours là. Après, est-ce-que cela se fera avec la direction actuelle, c’est peu probable. On les a rencontré il y a quelques mois maintenant, il n’y a pas eu de suites. On ne s’attendait pas à ce qu’il y en ait une. On travaille l’après. C’est très compliqué d’expliquer ça aux supporters, aux entreprises… Si demain le club nous contacte pour entrer au capital, pour travailler avec eux on ira discuter parce qu’on discute avec tout le monde. Mais s’il y a des décisions importantes à prendre, un mail partira à l’ensemble des gens ayant fait une promesse de contribution, on en est à 2343. Ce seront eux qui prendront les grandes décisions et pas nous seulement au bureau.

Vous évoquez des contacts avec le club, quand ceux-là ont-ils eu lieu et avec qui ? Sur quoi cela a débouché ?
C’était sur le premier trimestre 2022, entre février et mars. Nous avions rencontré Jean-François Soucasse et Samuel Rustem. On leur a expliqué le projet dans les grandes lignes, même si ce dernier n’était pas calé comme il l’est aujourd’hui, notamment juridiquement. On n’avait pas encore la structure juridique ni le livre blanc qui permet réellement de montrer comment la SIC Socios Verts sera organisée et ce qu’on veut réellement apporter au club. Il y a de grandes chances qu’on les rencontre de nouveau d’ici peu de temps. Ce sera l’occasion de leur expliquer où on veut aller, ce qu’on veut faire, apporter. Être réellement porteur de solutions et ne pas être force d’opposition systématique à cette direction ou à la prochaine.


"Le jour où le nouveau propriétaire donne son accord pour qu’on rentre dans le club, les collectivités locales et les supporters viendront"


Vous nous disiez que le montant minimal pour entrer dans le capital du club était entre 2 à 4M€, où en êtes vous à ce niveau-là ?
On en est toujours pour le moment à des promesses de contribution. Il n’y a pas d’argent à verser, c’est un engagement moral. Si le projet vient à aboutir, il faudra transformer les promesses de contribution en achat de parts de la SIC. Beaucoup de personnes nous suivent, plus de 6 000 sur nos réseaux sociaux. Ce n’est pas assez mais c'est déjà pas mal. Beaucoup nous disent qu’ils viendront quand le projet sera concret. Faire une promesse de contribution nous permet réellement d’avoir de l’impact. Quand on va voir des sociétés, des groupements d’entreprises etc, selon qu’on soit 10 000 personnes ou 2 000 cela change pas mal de choses. Faire une promesse de contribution, c’est nous donner un coup de main pour atteindre certaines personnes. En terme de promesses de contribution, on doit être à 250 ou 260 000 euros. Si demain le club est vendu et que le nouvel actionnaire majoritaire dit qu’il veut les socios dans le capital avec les propositions qu’on a fait, les sommes d’argent arriveront très vite. L’En Avant Guingamp avec les Kalon ils sont 15 000, alors que ce n’est pas une très grande ville, à peine plus grande que Monistrol-sur-Loire. À Saint-Étienne, si on ne peut pas être quatre ou cinq fois plus, c’est inquiétant. La somme ne m’inquiète pas du tout, le jour où le nouveau propriétaire donne son accord pour qu’on rentre dans le club, les collectivités locales et les supporters viendront.


"On avait un accord de principe avec tous les potentiels repreneurs que nous avons rencontrés"


Votre projet semble donc dépendre de la vente du club. Celle-ci est au point mort…
Chaque jour qui passe nous rapproche du jour de la vente (rires). C’est ce qu’on se dit tous les matins, comme beaucoup de supporters. La vente se fera. On a rencontré beaucoup de potentiels repreneurs, quelques personnes qui avaient monté un dossier ou qui ont tenté de le faire pour entrer dans la dataroom. Tous ceux qu’on a rencontré, à qui on a présenté notre projet réellement en profondeur, on avait un accord de principe avec tout le monde. On a aucune relation avec Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, le projet Socios Verts est de travailler l’après. C’est un marathon, il faut être prêt en permanence. C’est pour ça qu’il y a eu énormément de travail juridique, sur les statuts de la SIC notamment qui sont déjà écrits. Si la vente se fait demain, on est prêts. Il faut 15 jours ou trois semaines pour que la société soit créée, en trois semaines c’est réglé. Tout ce travail de fond est fait et calé. On aurait déjà pu créer la société mais le faire coûte de l’argent, et à l’heure actuelle cela ne sert à rien de le faire mais tout est prêt pour le jour J.  


Retrouvez toutes les informations relatives aux Socios Verts sur leur site officiel. 


Article plus récent chevron_right
L'anecdote de Briançon quant à son numéro
chevron_left Article plus ancien
L'ASSE, un navire Ă  trois capitaines
keyboard_arrow_down Commentaires (28) keyboard_arrow_down