Barthélemy : "Les huis clos ne résolvent rien"

Stade  #ASSESCO | PubliĂ© le par Joris | 20 commentaires

L'avocat Pierre Barthélemy est revenu pour Ouest France sur les sanctions prises à l'encontre de l'ASSE après les incidents survenus face à Angers. Pour lui, les instances ont encore tout faux, la solution ne passant pas par des sanctions collectives. 

Pierre Barthélemy : "En France, il existe les interdictions judiciaires de stade (maximum 5 ans, prononcées à titre de sanction par le juge pénal), les interdictions administratives de stade (maximum 2 ans, voire 3 ans en cas de récidive, prononcées à titre préventif par les préfets) et les interdictions commerciales de stade (maximum 18 mois, prononcées par les clubs contre les supporters qui méconnaissent leur « contrat » avec le club). Les sanctions individuelles ne sont dissuasives que si elles sont mises en œuvre. Mais on préfère la facilité des sanctions collectives dont l’inefficacité et l’injustice sont démontrées.

Or, la solution tient à l’individualisation des sanctions. Cela permet d’écarter les auteurs d’incidents de manière plus ou moins longue selon la gravité de leurs comportements. Les huis clos ne résolvent rien. La commission de discipline a triplé le nombre de huis clos pour pyrotechnie, ce qui a eu pour effets de tripler cet usage – s’il y a un huis clos quel que soit le nombre de fumigènes, autant en allumer le triple -, et de n’avoir aucun levier de sanction contre des faits infiniment plus graves (jets de projectiles, violences, intrusion sur le terrain, racisme). La commission de discipline a elle-même délégitimé le huis clos collectif."


Pour l'avocat, la solution doit passer par un renforcement du dialogue entre les différentes parties : "Ils (les clubs) peuvent agir en amont : améliorer la sécurité des infrastructures – notamment avec des filets de protection, l’étanchéité entre tribunes – et renforcer le dialogue avec les supporters. Partout où il existe un vrai référent-supporters, la tension a fortement chuté. Après un incident, c’est davantage à la police et à la justice de faire le travail d’enquête et de sanctions."


Article plus récent chevron_right
Galtier, bâtisseur d'attaquants
chevron_left Article plus ancien
La belle stat' de Khazri sur coup-franc
keyboard_arrow_down Commentaires (20) keyboard_arrow_down