#RSCAASSE Des enseignements à tirer pour les verts (J-2)

Pros     | Publié le par Raphaël | 31 commentaires
Au programme de cette deuxième journée de championnat, les verts se déplaçaient du coté de l'Alsace pour affronter le Racing Club de Strasbourg. En dispositif tactique, le schéma est le même que celui de la première journée, en 4-2-3-1, avec l’intégration de Rémy Cabella dans le onze, en lieu et place de Kevin Monnet-Paquet. Quant à Mathieu Debuchy, il est revenu à droite, mettant Timothée Kolodziejczak sur le banc et Gabriel Silva de nouveau à gauche. 

UNE PREMIÈRE MI-TEMPS MOUVEMENTÉE 
 Les premières minutes voyaient une grosse intensité mise par les deux équipes, peut-être même plus importante que celle de la semaine dernière lors du match à domicile contre l'EAG. Strasbourg tentait de se montrer entreprenant, et les alsaciens ont été très agressifs dans les duels. Les visiteurs se sont montrés bousculés, à l’image de Perrin qui commettait une faute à l’entrée de la surface dès la première minute sur Da Costa. Au fil du premier quart d’heure, les forces se sont rééquilibrées, Sainté commençant à s’installer et à répondre aux attaques strasbourgeoises par des offensives menées par Khazri, ponctuée par une frappe à ras de terre à la 22ème, et Cabella. 
Ce dernier avait le feu dans les jambes, et a réalisé une première mi-temps de bonne facture, apportant ses qualités naturels de milieu offensif. Il a orienté le jeu et a créé des situations par ses changements de direction. Khazri et Cabella se sont partagés l’axe et l’aile gauche, Cabella étant au milieu pour chercher les ballons, puis sur l’aile en attaque, laissant Khazri au centre dans les trente derniers mètres. Le schéma de Gasset, initialement en 4-2-3-1, se muait en phase défensive, comme lors de la première journée, en 4-4-2 à plat, avec Khazri et Diony en premiers défenseurs.

LE TOURNANT DU MATCH 
 La 17ème minute est certainement celle qui a influé le plus sur le restant du match. Rentrant jusque là progressivement dans la rencontre, les verts se sont vus déstabiliser par l’exclusion de Subotic, poussé à la faute après s’être fait éliminer sur une feinte de corps de Da Costa. Cependant, la couleur du carton pouvait se discuter, si l’on observe la position de Gabriel Silva par rapport à celui de Subotic. Le brésilien semblait, sur le ralenti, en mesure de rattraper l’avant-centre adverse, ce qui aurait donc eu pour effet de n’adresser qu’un carton jaune au serbe. 
Logiquement, Gasset a procédé à un changement pour faire rentrer Kolo dans l’axe au côté du capitaine de l’ASSE. 

UN COACHING MAL CALCULÉ ? 
 Si Gasset a fait rentrer Kolo, il a néanmoins sorti, en contrepartie, Loïs Diony. Face à une défense mieux en place que celle de Guingamp, il a eu moins l’occasion de briller. Mais sur ses rares ballons, il a quand même tenté d’apporter du mouvement et de faire des remises vers ses partenaires. Sa sortie a impliqué le repositionnement de Khazri en pointe. Possédant des qualités techniques évidentes, il a quand même eu du mal à exister dans les duels, n’ayant pas le physique de l’ancien dijonnais, face à des colosses comme Stefan Mitrovic. 

DEUXIÈME MI-TEMPS : BIS REPETITA 
 Au retour des vestiaires, on a l’impression d’un sentiment de déjà vu. Comme contre Guingamp, l’ASSE se fait littéralement manger dans les duels par les locaux, qui commencent à dérouler leur jeu, et qui n'ont pas tardé à ouvrir le score par l’intermédiaire de Conçalves à la 55ème minute. Sur l’action précédente, Monnet-Paquet ratait son 1vs1 face à Mitrovic suite à une passe dans l’intervalle de Selnaes. 
Éprouvés physiquement, les joueurs commençaient à payer inévitablement leur passage en infériorité numérique. La frustration commençait à se faire ressentir, illustrée par une frappe dévissée de Khazri à la 66ème, puis un carton jaune pour le tunisien à la suite d’une faute évitable à la 80ème. 

UN COACHING GAGNANT 
 Ce sous-titre contraste totalement avec celui de la première période, mais il demeure valable. L’homme à la casquette a tenté le tout pour le tout en faisant rentrer sur la pelouse le jeune Makhtar Gueye à la place d’Ole Selnaes, qui s’était déjà montré pendant les matchs de préparation avec l’équipe pro. Finalement, il a eu le nez creux puisque le sénégalais a marqué une demi-volée tout en maîtrise dans la surface de réparation, à la suite d’un service parfait de Debuchy. 
On en revient donc au coaching de la première mi-temps. Si l’équipe a du subir la supériorité numérique de Strabourg, Gasset ne s’est-il pas sabordé la deuxième mi-temps en retirant son avant-centre ?
La rentrée de Gueye a peut-être montré que malgré le fait de disposer de techniciens hors-pairs en les personnes de Wahbi Khazri et Rémy Cabella, il faut quand même disposer d’un attaquant devant qui est capable d’apporter de la présence dans la surface de la réparation, et de pouvoir se confronter aux défenseurs.

UN ARBITRAGE DISCUTABLE 
 Pas fan des pleurnicheries sur l'arbitrage, je tiens quand même à signaler que l'arbitre de la rencontre n'a pas sifflé faute sur Cabella quand Mitrovic lui a tiré le maillot (77eme). Ce dernier s'était déjà illustré par des fautes plus ou moins grossières, commises impunément durant les 90 minutes, alors qu'il avait déjà un jaune. De plus, même si Neven Subotic ne semblait pas contester son exclusion, l'arbitre n'a pas jugé utile d'utiliser la VAR pour sortir le carton rouge, alors que cette décision, déjà lourde de conséquences, intervenait de surcroît très tôt dans le match et aurait mérité une réflexion par le biais de la vidéo. 

BILAN 
 Nous ne pourrons pas enlever à Christophe Josse d’avoir dit que ce point sera fédérateur pour le groupe. Une remontée comme celle-ci impose d’avoir du caractère. Ce qui est important pour des joueurs, en parallèle de leurs qualités intrinsèques. Mais il permettra aussi à Jean-Louis Gasset de tirer des enseignements de ce match tactiquement. Concernant les acteurs, nous soulignerons la performance de Ruffier, qui, après un bon match de reprise la semaine dernière, tend à nouveau à banaliser l’exceptionnel cette saison. 

Comme face à l’EAG, il ne peut rien faire sur le but, si ce n'est qu'effleurer le ballon. Debuchy lui, s’est fait déborder régulièrement (voir le but du RCS), et a fait quelques fautes techniques. Mais il s'est rattrapé par son engagement (peut-être excessif) dans les duels, et sa passe décisive pour Gueye. Perrin a été mieux que la semaine dernière, alors que Kolo a fait le travail sur ce match défensivement. Il peut devenir un sérieux prétendant à une place de titulaire en défense, face à un Subotic en grande méforme depuis le début de la saison. Gabriel Silva s’est fait très régulièrement déborder, et a totalement oublié son marquage sur le but du RCS. M’Vila a fait encore quelques fautes de transmissions mais était meilleur que face à l'EAG, alors que Selnaes a tenté d’apporter quelques fois sa verticalité. Hamouma affiche un niveau inquiétant depuis la reprise, alors que Khazri a été globalement muselé par la défense adverse. Cabella s’est montré excellent pour son retour, créant du liant entre la défense et l’attaque, et s’est montré insaisissable techniquement dans le premier acte, affichant une très grande confiance lors de ses sorties de balles en défense. Il est ensuite rentré dans le rang en seconde période comme la plupart de l’équipe. Monnet-Paquet s’est créé quelques occasions, sans apporter un plus évident dans ce match. Diony n’a que trop peu joué pour qu’il puisse recevoir une critique, alors que Makhtar Gueye s’est montré décisif pour son premier match en Ligue 1, confirmant un certain sang-froid devant le but. Il est un attaquant à la fois physique, et mobile, profil qui peut poser des problèmes à la défense adverse. Et si c’était lui, le remplaçant de Beric* ? (*L'avant-centre est annoncé sur le départ avec insistance si l'on se fie aux dernières rumeurs du mercato)
Article plus récent chevron_right
Maupay en grande forme
chevron_left Article plus ancien
Le programme de la semaine
keyboard_arrow_down Commentaires (31) keyboard_arrow_down