#ASSEEAG : Analyse d'une reprise (J-1)

Pros     | Publié le par Raphaël | 27 commentaires
Jean-Louis Gasset, pour ouvrir le bal, a décidé de reconduire son 4-2-3-1 fétiche, qui a fait le succès de l'équipe lors de la deuxième partie de la saison dernière. Au niveau du onze, la colonne vertébrale a subi quelques changements, avec l’arrivée de Whabi Khazri qui remplace numériquement Remy Cabella, et Lois Diony qui était titulaire à la pointe de l'attaque. Ce match n'aura pas été marqué par une performance collective, mais bien par des performances individuelles. 

Dès les premières minutes, on pouvait voir des joueurs qui avaient du mal à rentrer dans leurs matchs, à l'image de Subotic, qui aura été particulièrement fragilisé tout le long de la rencontre. 

PREMIERE MI-TEMPS 
 Cependant, deux joueurs auront su masquer ces difficultés en portant littéralement l'équipe offensivement pendant le premier acte, à savoir Khazri et Diony. Le premier dicta le tempo dès ses premières prises de balles, incitant naturellement ses coéquipiers à lui adresser le ballon. Le numéro 10 des verts a fait admirer toute sa palette au fil de la première mi-temps, en étant très actif. Dribbles, passes dans les intervalles, centres, frappe de loin,... Khazri a diversifié son jeu, s'est montré très créatif, ne laissant aucun répit à la défense guingampaise. Il a été particulièrement intraitable sur coups de pieds arrêtés, ses ballons trouvant soit la tête de l'un de ses coéquipiers, soit les gants de Johnsson, le gardien de l'EAG, qui devait boxer le ballon pour éloigner le danger. Sa prestation fut récompensée d'une splendide reprise de volée, sur un service parfait de Diony à la 45ème minute. 
 
Le second, quant à lui, fut particulièrement impressionnant dans ses efforts, proposant des solutions sur tout le front de l'attaque. Remuant, il a été aussi bien capable de déclencher des frappes que de créer des décalages pour ses coéquipiers. Diony a décroché à plusieurs reprises sur les ailes pour proposer des solutions, ce qui a notamment joué un rôle décisif dans le premier but. De l'aile gauche, il a adressé un centre millimétré à Khazri, qui ne s'est pas fait prier pour conclure avec brio l'action. Au rayon des autres joueurs qui se sont montrés, Selnaes a réalisé globalement une première mi-temps de bonne facture. Mou au début du match, et pas forcément aidé par un M'Vila qui n'était pas dans son assiette, il est monté progressivement en puissance. Il a apporté sa verticalité qu'on lui connaît lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens, à l'image de ce ballon adressé à Khazri, parti donné une balle de but à Diony au second poteau, enlevé in-extremis par Kerbrat. Il n'aura cependant pas beaucoup brillé défensivement, comme la plupart du secteur défensif de l'équipe. Kolodziejczak a lui tenu son rang défensivement, n'étant cependant pas très actif dans les 30 derniers mètres adverses. Quant au reste de l'équipe, elle a été en-dessous des performances des joueurs cités. 

Hamouma et Monnet-Paquet ont été transparents sur les ailes, comme en deuxième période, alors que la charnière a eu son lot de frayeur. Loïc Perrin, bien qu'il n'était pas à son meilleur niveau, a dû composer avec un Neven Subotic méconnaissable, multipliant les pertes de balles et les tergiversations. Gabriel Silva lui, a été moyen, s'illustrant cependant sur un très bon centre pour Diony à la 30eme minute. Ruffier n'a pas sali son short, alors que M'Vila n'a pas eu l'influence qu'on lui connait sur le jeu de l'équipe. La première mi-temps a montré un beau visage des verts sur le plan offensif, mais plutôt inquiétant sur le plan défensif. 

DEUXIEME MI-TEMPS 
 Au retour des vestiaires, les stéphanois se sont retrouvés sous pression. Alors que le pressing ne fut pas intense pendant les 45 minutes précédentes, les locaux n'ont mis aucune intensité, et se sont retrouvés rapidement submergés par des bretons revanchards. Dès la 46ème minute, Marcus Thuram mettait la Ruff à contribution. Roux s'est fait enlevé le ballon 5 min plus tard par Subotic, sur l'une de ses rares bonnes actions que l'on peut retenir. Car le serbe a perdu un énième ballon, cette fois-ci très haut, et fatal. Kolo, qui faisait un bon match, n'a pu revenir sur Marcus Coco, parti à la rencontre de Ruffier, et s'est fait faucher par ce dernier. Thuram se chargea de transformer le penalty. 

 Autre signe que la défense était aux abois durant de longues minutes, la multiplication des jeux en triangle par les adversaires dans les 30 derniers mètres, et un exploit individuel de Thuram qui aurait pu faire très mal à la 61eme. Les pertes de balles ont continué, et Diousse, entré à la place de Selnaes, n'a pas du tout été aidé par ses coéquipiers, par des passes très approximatives de Silva et M'Vila. On retiendra qu'il y a eu peut-être plus de passes latérales que de passes verticales, accusant un manque de mouvement criant de la part de tout le bloc équipe. 

UNE LUMIERE DANS LE MARASME AMBIANT 
 Alors que Khazri et Diony s'étaient progressivement éteints, recevant très peu de ballons, Kolodziejczak s'est illustré sur un très bon centre de la gauche, que le numéro 9 a repris d'une tête décroisée entre Kerbrat et Eboa, le propulsant homme du match. Camara l'a remplacé, apportant de l'agressivité lors de son entrée en jeu. 

BILAN 
 La reprise a été difficile pour le secteur défensif, coupable de nombreuses erreurs de relances et d'erreurs d'interventions. Le milieu de terrain n'a pas été souverain comparé à celui de Guingamp dans l'ensemble. M'Vila a été très en vue par son niveau assez inhabituel : transparent défensivement, des approximations dans ses passes courtes, un jeu long quasi-inexistant alors que c'est son point fort... Monnet-Paquet et Hamouma ont mis en exergue le domaine dans lequel le club doit terminer de recruter à savoir les ailes. 
 Si le jeu a pu être écarté, c'est grâce, en majeur partie, aux décrochages de Diony et Khazri. Ruffier aura lui fait un match correct, ayant eu seulement un manque de réussite, et la défense va devoir se montrer souveraine au prochain match. Il faut aussi noter que, paradoxalement, la relance qui était l'un des atouts de la charnière en deuxième partie de saison dernière, aurait pu porter préjudice à l'ASSE. Les satisfactions restent Khazri, qui assure parfaitement le remplacement de Cabella, Diony qui démarre sur les chapeaux de roues, et Kolo qui s'est montré rassurant physiquement et défensivement, après un séjour au Mexique.
keyboard_arrow_down Commentaires (27) keyboard_arrow_down