Evect.fr
jofran
Inscrit le 03/03/2017

Envoyer un MP
Activité
11
posts
7249
commentaires
9648
likes reçus

Tous ses commentaires

vert glas, c'est pas hyper compliqué non plus. Moi ce qui m'interpelle ce sont toutes ces ventes à prix bradés depuis plusieurs années : PEA, Zouma, Ghoulam, etc. Le capital joueur a été bien dilapidé, mais en matière de finance, rien n'est jamais perdu pour tout le monde. 

jofran - Sat 11 Mar à 21h12 sur Ne parlez plus d'Europe

lifegreen, les "choses graves" ce sont vraisemblablement des difficultés financières à venir compte tenu des résultats sportifs en retrait impliquant une baisse probable des droits TV et une baisse certaine des recettes de billetterie, le tout couplé avec une hausse significative de la masse salariale.

Résultat : obligation de vendre les meilleurs joueurs en fin de saison (Ruffier, Malcuit, voire Perrin et Hamouma). Dans ces conditions pourquoi tenter l'EL avec un effectif certainement moins bon l'an prochain ?

Ce qui est vraiment dommage, c'est que les dirigeants n'ait pas su ou pas pu conserver les très bons joueurs que nous avions il y a quelques années, et les ai vendus très en-dessous de leur vraie valeur. Le club s'est affaibli sportivement et financièrement, car hormis le trading joueur, il n'y a pas de centres de profit dans le foot pro actuel. Et en plus tout le secteur détection / formation est à revoir.

Ces chiffres sont erronés et de plus il ne faut pas tout confondre : prétendre que "la partie disponibilités et V.M.P (valeurs mobilières de placement), on parle là de l'Etrat, du Chaudron Vert..." c'est tout mélanger ! de 2 choses l'une : ou bien l'Etrat ou le Chaudron Vert appartiennent effectivement à l'ASSE et alors les montants correspondants se trouvent dans l'actif immobilisé, ou bien ils n'y figurent pas et alors ils n'appartiennent pas au club.

Quant aux disponibilités et autres VMP, il faut les inclure dans l'actif disponible et comparer celui-ci avec les dettes exigibles. Hélas cette comparaison n'est pas favorable. Et la tendance est négative : l'actif disponible a certes augmenté de 4 M€ mais les dettes exigibles ont grimpé de 8 M€.

Bref la situation financière de l'ASSE est tout sauf bonne, et cela risque de ne pas s'arranger en fin d'exercice en fonction du classement final du championnat.

Encore des chiffres erronés ! la masse salariale en 2015/2016 n'est pas de 48 M€ mais de 42 M€ (source : rapport annuel commissaires aux comptes). A moins qu'il s'agisse des chiffres consolidés avec la holding ASSE GROUPE.

Mais au-delà de cette question, la tendance à la hausse est certaine, et risque bien de se confirmer sur l'exercice en cours vu l'effectif pléthorique du club et le nombre de joueurs conservés malgré la volonté de s'en séparer.

J'ai bien peur que le résultat financier au 30 juin prochain soit plus que médiocre, surtout si le résultat sportif l'est aussi.

50 matchs par an à GG ??? Faudrait que les Verts jouent tous les matchs à domicile alors ...

Bizarres ces chiffres ! le rapport annuel du commissaire aux comptes fait apparaître seulement 31.060.994 € de droits TV pour l'exercice 2015/2016 !!!

Ceci dit, quels que soient les vrais chiffres (je pense que ce sont ceux du rapport) la perte de droits TV L1 risque d'être importante dès cette année, et celle des droits TV UEFA dès l'an prochain, si l'ASSE ne termine pas à nouveau européenne. Sans compter qu'en 2015/2016 le club a enregistré 18.034.169 € d'indemnités de transferts, chiffres qu'il sera difficile d'atteindre cette année sauf vente massive de nos meilleurs joueurs.

à noter que les comptes de l'olympique de décines sont repassés au rouge au 1er semestre 2016/2017. Guignoland coûte très cher à entretenir et encore plus à financer. 

Vu le montant des réparations, tous les recrutements sont gelés pendant 3 ans ... 

ça veut dire quoi augmenter notre budget ?  en rachetant le stade (à supposer que ça soit possible) l'ASSE ferait peut-être davantage de chiffre d'affaires (à voir comment), mais aurait aussi un montant de charges infiniment plus élevé qu'aujourd'hui. La rentabilité est loin d'être assurée dans cette opération.

De toutes façons, il faut déjà que la Ville soit vendeuse, et qu'ensuite elle se mette d'accord sur un prix. Ce n'est pas gagné.

Entre les lignes, on lit surtout que le modèle allemand n'est pas transposable à la France en général et à St-Etienne en particulier, et que de toutes façons l'ASSE n'a pas les moyens de financer le stade.

Ce serait bien déjà que les dirigeants présentent un business plan crédible pour cette opération gigantesque par rapport à la taille du club.

Donc une solution consisterait à augmenter le loyer (préconisée par la cour des comptes), ça permettrait au club par la même occasion de tester son modèle économique avec un coût d'occupation plus proche de ce qu'il serait en cas d'achat du stade, et de rassurer les banques qui seraient sollicitées pour financer l'opération le moment venu.

HS (quoique) : Pour info, sur le dernier rapport annuel des commissaires aux comptes, apparaît une ligne "subvention" dans les ressources de l'ASSE ! Ca doit concerner les équipes de jeunes, je suppose.

Bonjour à tous,

ça faisait un petit moment que je souhaitais vous rejoindre, mais quelques problèmes de connexion m'en empêchaient.

Sur le sujet du rachat du stade, je pense que les dirigeants ne sont pas réalistes : comment envisagent-ils de financer cette acquisition ? Pour info ou rappel, pour son stade à 400 M€, Aulas et ses actionnaires (parmi lesquels J. Seydoux, 60ème fortune française, Aulas étant lui-même dans les 500) ont apporté près de 150 M€ de fonds "propres". Même pour un prix de 100 M€ - hypothèse basse à mon avis - il faudrait certainement apporter 30 à 40 M€, à supposer que les banques suivent pour le reste.

Autre aspect : la rentabilité. Caiazzo démontre-t-il qu'être propriétaire est plus rentable pour le club que de rester locataire ? Toujours pour info, à Décines, le club affiche en année 1 une perte opérationnelle - hors coût du financement - sur l'exploitation du stade, malgré des tarifs beaucoup plus élevés qu'à GG, aussi bien en tribunes qu'en loges.