Roussey dans un projet de reprise inquiétant

Club | Publié le par Tibo | 35 commentaires
Comme expliqué précédemment sur le site, Adao Carvalho ne compte pas conserver ses parts à l'AS Saint-Etienne très longtemps. Il a déjà trouvé un acheteur, un protocole d'accord est signé, sans date butoir. Ce mystérieux acheteur n'est pas inconnu dans le milieu du football et du sport, il s'agit de Jacques Pauly.

Cet homme a déjà connu plusieurs expériences catastrophiques notamment au BAC Mirande, un club de Basket Féminin, dans lequel il n'a pas respecté ses engagements et qui a entraîné la dissolution du club. Au FC Rouen aussi en 1999, il a d'ailleurs été condamné à trois ans de prison avec sursis pour "une histoire de sponsoring" selon le principal intéressé. 
Dans ses bagages, un homme que le peuple vert connaît bien, Laurent Roussey qui s'est associé à ce mystérieux personnage, dans le but de revenir dans le club. 

Le tandem Roussey - Pauly a déjà rencontré le Maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, qui ne cache pas son inquiétude sur le sérieux du projet : "MM. Pauly et Roussey sont venus à la tête d'une délégation de 4-5 personnes, dont un chef d'entreprise spécialisé dans le médical en Suisse, en me disant qu'il représentait un puissant fond d'investissement. Comme ce que M. Pauly m'a expliqué m'est apparu assez surréaliste, j'ai mené ma petite enquête. Elle m'a permis de ressortir des affaires similaires dans lesquelles il a été condamné."

Pauly de son côté présente dans l'Equipe un projet alléchant, tandis que Roussey ne souhaite pas s'exprimer : "Je veux en faire un Real de Madrid à l'Anglaise (ndlr : l'ASSE), avec Roussey comme manager général, accompagné de neuf experts, financier, juridique, commercial... et doté d'un premier budget de 100M€." L'argent proviendrait d'Indonésie, via une fondation, les Argonautes, "elle sera basée dans les Yvelines, présidée par Roussey et alimentée par Cofinex, une société anonyme Luxembourgeoise."

Vous l'aurez compris, il s'agit là d'un montage financier douteux. Le passé de Pauly ne plaide de surcroît pas en sa faveur, en 2009 il avait déjà voulu entrer au club, promettant là encore une somme de 100M€, cette fois-ci via un fonds de pension Chinois. Devant les soucis judiciaires du personnage, Romeyer n'avait pas donné suite. 

Si tout le monde rêve à Saint-Etienne de voir venir un investisseur/actionnaire, disposant de moyens financiers permettant au club de franchir un nouveau pallier. Il apparaît néanmoins nécessaire d'être prudent, surtout dans le milieu du football. Et ce projet, mené par Roussey et Pauly n'est pas franchement d'ordre à convaincre, et entraîne même plus de craintes que d'espoirs. 
Article plus récent chevron_right
Kombouaré ciblé en cas de départ de Galtier ?
chevron_left Article plus ancien
Romeyer va t-il perdre sa place à la tête du club
keyboard_arrow_down Voir les 35 commentaires keyboard_arrow_down