L’ASSE 2014/2015, c’est quoi ?

Pros | Publié le par Dominique Bréard | 52 commentaires
Et si je mettais moi aussi mon grain de chlorure de sodium dans cette question qui obsède déjà tous les observateurs de notre cher club. Quels seront les mouvements du mercato d’été de l’ASSE et à quoi ressemblera l’équipe l’année prochaine ? Toi qui me lis à cet instant, attention au vertige.

Entre les départs anticipés, (Zouma), les départs imprévus, (Ghoulam), les départs quasi-inéluctables, (Ruffier, Brandao), et les départs qu’on n’arrive pas à obtenir, (Gradel, Mignot), il y a déjà de quoi défaillir. Mais ce n’est guère mieux si on envisage les arrivées.

Bernard Caïazzo a clairement annoncé la couleur, entre la taxe à 75%, le salary cap et la nécessité de maintenir le club à l’équilibre, l’enveloppe recrutement, ce sera 7 millions d’euros hors ventes et pas plus. Sachant qu’on a déjà une quasi-obligation de lever l’option d’achat de Mollo, et que j’espère qu’on se battra pour lever celle de Tremoulinas, on sera comme les 2/3 saisons précédentes obligé de faire des coups. Mais faire des coups, ça veut dire cibler, choisir et par conséquent renoncer quand le besoin n’est pas impérieux.

Par ailleurs, si on reste fidèle à la philosophie qui a présidé aux derniers recrutements de l’ASSE, c’est semble-t-il plus en France qu’à l’étranger qu’on ira chercher nos pépite. Alors accroche-toi, cher lecteur, je vais essayer de deviner ce qui pourra se passer à la prochaine intersaison et, pour rigoler, je te donnerai même une équipe type.

Pour les gardiens, avouons que le meilleur coup serait encore de garder Ruffier. Ne ris pas, c’est tout à fait possible. Même si tout converge vers un départ du bouillonnant Steph, une qualification en ligue des champions et tout pourrait changer. Si toutefois ça ne se faisait pas, 2 pistes seraient à privilégier : Nicolas Douchez qui cire tellement les bancs du parc qu’il faut les regarder avec des lunettes de soleil ou Paul Nardi, gardien de Nancy club avec lequel on entretien les meilleurs relations.

En défense, il faut déjà tordre le cou à cette idée selon laquelle on a absolument besoin d’un arrière droit. Avec les moyens qui sont les nôtres, on peut parfaitement vivre avec Clerc, Brison mais surtout Baysse qui ne va tout de même pas se blesser à chaque saison. A gauche, il faut tout faire pour lever l’option d’achat de Tremoulinas qui, en seulement 2 matchs, a montré un potentiel impressionnant que, de toute façon on connaît depuis longtemps. La vrai priorité, c’est le remplacement de Zouma et pour ça, qui mieux que Nemanja Pejčinović ? Certes ce ne sera pas simple car les lyonnais le veulent aussi et il se murmure que depuis un certain 24 novembre, on n’est pas au mieux avec l’OGC Nice. Mais, en toute logique, on devrait finir devant Lyon et être du coup plus attractifs que les rhodaniens. Quant au niçois, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute.

Au milieu, il faut coûte que coûte garder Lemoine et Corgnet et trouver un remplaçant à Guilavogui qui ne va pas passer son temps à partir et revenir. Et là, c’est champagne car le rémois Krychowiak me paraît le plus indiqué à la fois par sa capacité à mettre le pied sur le ballon, à relayer et même à marquer des buts. L’attaque est comme d’habitude, le point le plus épineux.
S’il est sûr que Gradel va partir et plus que probable que Mollo va intégrer définitivement le club, je serais surpris qu’on arrive à garder à la fois Hamouma et Tabanou. Du coup, il faudra sûrement un ailier. Or, Khazri et Maïga ne pouvant plus être espérés en tout cas immédiatement, je redis champagne en recommandant Floyd Ayité qui a de très belles statistiques et qui ne devrait pas s’éterniser à Reims. 

Reste la question de l’attaquant de pointe. Il y a fort à parier que Brandao ne sera plus là la saison prochaine et que, en revanche, Erding devrait rester. Du coup, il faut remplacer la brandade et là je dis, pourquoi pas Gomis ? On peut me croire à ce stade tombé sur la tête car une telle transaction serait contraire à la fois au salary cap et à la volonté affichée d’être raisonnable sur le marché des transferts. Mais c’est de Gomis que l’on parle. Tu sais, celui qui a été formé chez nous, qui crie contre l’adversité son amour du club et que Aulas pousse vers la porte à chaque intersaison. Du coup, on n’est pas à l’abri d’une divine surprise.

Voilà tracer à traits extrêmement grossiers ce que pourraient être les mouvements de l’ASSE et, maintenant, comme promis, une équipe type de 2014/2015.



Compétitif non ?

Article plus récent chevron_right
Perrin : "Pourvu que ça dure"
chevron_left Article plus ancien
Ajinca : "Il y a un coup à jouer"
keyboard_arrow_down Voir les 52 commentaires keyboard_arrow_down