Geoffroy-Guichard : Le naming impossible

Pros | Publié le par Tibo | 54 commentaires
Alors que de nombreuses enceintes sportives, pas seulement dédiées au football ont recours au "naming", Saint-Etienne se refuse toujours à cette évolution du football business. L'Essor a consacré un large article à la question dans sa dernière édition. 

Dans le domaine du football, cette pratique peut rapporter de belles sommes. Bordeaux perçoit ainsi 2.1M€ par an grâce à son MATMUT Atlantique. Nice, 1.8M€ pour l'Allianz Riviera et Marseille 2.7M€ pour l'Orange Vélodrome.  

Mais du côté de Saint-Etienne et notamment du propriétaire du stade, à savoir SEM, pas question d'avoir recours à cette méthode comme l'a confié Roland Goujon, vice-président de la Métropole, chargé des sports et des équipements sportifs : 
"Au niveau de ce naming, il y a des choses qui pourraient interférer comme une dénomination contraire à l'ordre public ou aux bonnes moeurs. S'il devait y avoir un naming sur certaines tribunes ou salons, il y aurait une sollicitation du club envers Saint-Etienne Métropole pour savoir si la collectivité accepte ou non.  A ce jour, nous n'avons pas été sollicités par le club pour un naming sur une quelconque partie du stade."

D'ailleurs, la récente convention signée entre la Métropole et l'ASSE interdit d'associer une marque à l'enceinte sportive. C'est également le cas pour les salons d'honneur Fernand Sastre et Michel Platini. En revanche, les autres tribunes pourraient faire l'objet d'un naming, comme on peut le voir par exemple à Nantes, avec la Tribune Loire qui est officiellement nommée "Proginov LOIRE"

Source : L'Essor
Article plus récent chevron_right
Flash : ASSE-OM... juste avant le Derby
keyboard_arrow_down Voir les 54 commentaires keyboard_arrow_down