Flash : Loïc Perrin pose un ultimatum à ses dirigeants à propos de son avenir

Pros | Publié le par Thomas | 109 commentaires
Si la situation sportive est délicate mais encore pleine d'espoir, la fin de saison de l'ASSE va peut-être être également marquée par un dossier "Loïc Perrin". Le capitaine emblématique stéphanois a confié son malaise sur sa situation contractuelle dans L'Equipe ce mercredi soir. Une sortie médiatique assez incroyable du joueur de 31 ans.

En septembre 2014, l'emblème du club a prolongé une nouvelle fois son contrat avec les Verts jusqu'en juin 2018 avec une reconversion à la clé. Problème, Perrin s'imagine jouer encore un peu plus longtemps et ne souhaite pas s'arrêter dès la saison prochaine. Dans ce sens, il attend une proposition de prolongation. "Je ne veux pas me retrouver avec un an de contrat en juin" indique t-il au quotidien. 

A la question, "serez-vous stéphanois la saison prochaine ?", l'homme au près de 400 matchs en Verts n'a pas été très clair : "C'est une bonne question... C'est mon envie. Après, il faut que toutes les conditions soient réunies." Et les conditions ne semblent pas être, pour l'heure, réunies. "On a vu mes dirigeants en décembre, en janvier et le 9 février. Ils veulent que je reste. Mais il n'y a rien de concret. Si à la limite, ça coinçait sur une proposition... Je devais en recevoir une. Mais je n'ai plus eu de nouvelles depuis. Ils doivent avoir d'autres choses plus importantes à régler, renchérit-il, de manière assez surréaliste venant d'un homme si discret et habituellement "corporate". Je suis agacé car s’il y a bien quelqu’un sur qui ils peuvent compter et en qui ils peuvent avoir confiance, c’est moi. J’ai prouvé ma fidélité au club. Je n’ai pas envie de leur claquer dans les doigts. Mais à force de discuter, ça n’avance pas. Qu’au moins, on entame une négociation ! Je ne vois pas où ça pourrait bloquer."

"Je n’attendrai pas les vacances pour que mon cas soit réglé."

Le défenseur central a également évoqué la clause de son contrat actuel l'assurant d'avoir le plus haut salaire du vestiaire. Selon lui, les dirigeants n'ont pas totalement respecté cet accord. Et lorsque des problèmes de salaires s'immiscent dans un vestiaire... "Je ne vais pas pleurer sur mon sort. Mais quand il y a des choses de prévues, il faut les respecter. Ça coincera d’ailleurs peut-être là-dessus. L’interprétation de cet accord diffère entre eux et moi. Mais tu n’as pas besoin de sortir d’une école de commerce pour comprendre que si tu touches des primes fixes, il s’agit d’un complément de salaire."

Perrin terminera cette bombe en posant un ultimatum. Son cas devra être réglé rapidement. Sinon... "Un départ ? Il ne s’agit pas de mon objectif premier, mais je ne vais pas rester comme ça. La fin de saison va vite être là. Je n’attendrai pas les vacances pour que mon cas soit réglé."

Roland Romeyer, Christophe Galtier et le service de communication vont avoir une belle surprise au réveil ce jeudi matin...
Photo de Loïc Perrin
chevron_right Voir la fiche de Loïc Perrin
Article plus récent chevron_right
La fin de saison fait envie à Veretout
chevron_left Article plus ancien
Veretout heureux pour les Canaris
keyboard_arrow_down Voir les 109 commentaires keyboard_arrow_down