Flash : Communiqué des Green Angels

Pros | Publié le par Tibo | 83 commentaires
Les pensionnaires du Kop Sud viennent de nous faire parvenir un communiqué officiel, afin de revenir sur le 115e derby et notamment sur l'animation à l'entrée des joueurs qui fait couler beaucoup d'encre, pour finalement pas grand chose... 

Par ce communiqué, nous souhaitons simplement remettre dans leur contexte les différents événements de ce week end afin de répondre aux décisions et déclarations de ces deux derniers jours. Nous ne nous justifierons ni en tant que victime, ni en tant que coupable. En effet, notre seule raison d’exister est d’être un groupe animant une tribune, en essayant de faire preuve de créativité, avec pour seul objectif d’encourager et de galvaniser au mieux les joueurs portant le maillot de l’AS Saint-Etienne.

Dimanche 5 Novembre 21h50 : mi temps du derby, la décision est prise : si le naufrage de nos joueurs continue sur la pelouse, les Green Angels stopperont toute activité d’encouragement et quitteront le stade. Aux alentours de la 60ème minute, avec le 4ème but, la honte finit de s’abattre sur les 40000 stéphanois présents, la bâche de notre groupe est retirée et nous quittons le stade le cœur lourd devant la piètre prestation d’une équipe sans envie, sans fierté et surtout sans courage.

Quelques minutes plus tôt, à l’heure de l’entrée des 22 acteurs, la première partie de notre animation se dévoile : près de 9000 feuilles de couleur noire et blanche sont tendues et une banderole est déployée : « PAS DE CINEMA, CE SOIR ON A : LA HAINE ». Dans un deuxième temps, un voile vient recouvrir cette première animation, laissant place à l’inscription : « l’important c’est pas la manière… c’est la victoire ». Le tout accompagné par la représentation des 3 personnages principaux du film de Mathieu Kassovitz, « La Haine ».

Le soir même, les premières réactions au sujet de ce tifo fleurissent, alternant entre félicitations pour la référence cinématographique et accusations d’appel à la haine. Nous invitons les auteurs de ces dernières à apprécier cette animation dans son ensemble et à accepter que ce film fait pleinement partie de la culture française. 

En effet, ce choix peut indigner les esprits les plus étriqués ou ne connaissant pas cette oeuvre, mais ce film reste une référence marquante pour la jeunesse française. Il est également important de souligner que le seul but de l’animation était de pousser au maximum nos joueurs, qui eux-mêmes sont issus de cette génération cosmopolite si bien mise à l’écran en 1995. Pour nous, cette animation fut une réussite car elle ressemble à cette jeunesse stéphanoise qui s’époumone chaque week end à Geoffroy-Guichard et trouve dans une réalisation de cette ampleur un réel moyen de se retrouver derrière un objectif commun. Malheureusement pour nous, le résultat des Verts ne sera pas au rendez-vous…

Tout aurait pu s’arrêter là mais c’était sans compter sur la bien-pensance de nos instances dirigeantes. Dés le lendemain, la machine à condamner s’est rapidement mise en route :

- Tout d’abord, le Conseil National de l’Ethique de la FFF a chargé immédiatement la commission de discipline de la LFP de se saisir du dossier « tifo ». Toujours dans la même logique répressive, les instances vont se positionner pour venir sanctionner cette animation. Seul point à retenir, ces différentes réactions ont permis de faire connaître au football français l’existence de ce comité fictif, dont personne ne connaît la compétence : le CNE.

- D’autre part, et sur l’ensemble des événements, le préfet de la Loire, Mr Evence Richard, s’est trouvé « scandalisé » par le déroulement de ce derby. Rappelons tout d’abord que c’est lui qui est à l’origine de la décision de « couper les têtes pensantes » des 2 kops stéphanois en les interdisant administrativement de stade pour 6 mois. Au vu de l’histoire de nos kops, cette sanction a clairement exprimé une volonté de couper le dialogue nécessaire au bon déroulement des rencontres et ce depuis le début de la saison.

De plus, Mr Richard a estimé s’être senti « trahi ». Incompréhension dans nos rangs. En effet, lors d’une réunion organisée en préfecture il y a environ un mois, il n’a pas daigné s’asseoir à notre table, préférant laisser le dossier brûlant des interdictions administratives à son directeur de cabinet dont il savait pertinemment que celui-ci allait être nommé dans l’Hérault quelques jours plus tard… On ne s’y prendrait pas d’une meilleure manière pour entraver le travail en bonne intelligence que tous les acteurs du stade (club, encadrement et société de sécurité) essaient de mettre en place depuis des années.

Aujourd’hui, il est donc inconcevable pour le préfet et les institutions du football de voir apparaitre un tel tifo dans un stade… Qu’en est-il alors des unes fantaisistes et parfois bien plus haineuses proposées par certains journaux sportifs ? Pose t-on les mêmes jugements sur les appels à la haine diffusés dans des clips musicaux disponibles sur des canaux agréés par l’Etat ?

Ce tifo, nous l’assumons dans son ensemble, parce que nous avons mis du temps, de l’énergie et du cœur à le confectionner. Si aujourd’hui, notre groupe - comme le club - est sanctionné, les autorités viendront condamner la ferveur et la créativité d’un groupe usant de sa légitime liberté d’expression. Des tifos, nous continuerons d’en faire, aussi bien à la gloire de notre club que de notre ville, en utilisant nos références, nos influences et en restant conforme à l’état d’esprit des Green Angels.

Pour finir, nous veillerons à tirer l’ensemble des conséquences sportives avec les responsables de cette débâcle historique. Défaite qui pourrait être catastrophique pour l’avenir de notre club car désormais «  l’important ce n’est pas la chute… mais l’atterrissage. »…
Article plus récent chevron_right
Lemoine : "Ils peuvent redresser la barre"
chevron_left Article plus ancien
L'ASSE porte plainte contre ses supporters
keyboard_arrow_down Voir les 83 commentaires keyboard_arrow_down